Entraygues Châteaux Beaux villages Tourisme Nature Sports Manifestations Culturel Gastronomie
Produits terroir Artisanat Photos Vidéos Art et Littérature Histoire Célébrités Autres
 
 
Célébrités
 

BERTRAND DELANOE DANS SON TERROIR AVEYRONNAIS


De l'audace et beaucoup d'émotion

Si en chaque parisien il y a un provincial qui s'ignore, ce n'est certes pas le cas du premier d'entre eux. Bertrand Delanoë, et le grand public le sait au moins depuis la parution de son dernier livre, sait faire preuve d'audace. Et jouer aussi sur le registre de l'émotion qui l'a conduit, hier, pour les besoins d'une émission télévisée de Michel Drucker (dimanche 15 juin) à remettre ses pas dans les baskets de son enfance, au lycée Sainte-Marie, de son adolescence et de son entrée dans l'âge mur sur la terrasse du café Le Broussy.

Filmé, photographié, questionné, le maire de Paris a sorti le grand jeu, embrassant avec fougue les anciennes copines (la fille du docteur Bonnafous, Régine Taussat, une certaine Lisbeth...) et s'amusdant même à faire toucher ses abdominaux à Lazlo Horwath, son ancien professeur de gymnastique qui a rappelé que son petit élève avait toujours eu « un bon esprit sportif ». Très à l'aise dans ce numéro de charme, Bertrand Delanoë a aussi discuté le coup avec des lycéens, se souvenant de son époque cheveux longs et contestation obligatoire, avant de sacrifier à une séance de dédicaces à la Maison du Livre. Avec, en guise d'échauffement, une petite signature apposée sur le maillot d'un supporter du club de football, PSG.

Tout cela a permis de constater que Bertrand Delanoë, visiblement, n'a pas d'ennemis sur Rodez. Entre 1964 et 1974, il avait alors entre 14 et 24 ans, il n'aura donc laissé que de bons souvenirs, cet éternel jeune homme qui fait encore certains matins cinquante ou soixante pompes d'affilée, et qui aime débattre passionnément.

Les signatures se sont donc succédé, à un rythme assez rapide, sans qu'il oublie, toutefois, d'embrasser la mère d'un ami, l'ancien hôtelier chez lequel il est resté deux mois avec sa famille, à leur arrivée de Tunisie, le compagnon des premières engagements politiques. Jusqu'au président du conseil général qui s'est fait apposer un petit paraphe sur un livre qui pourrait lui donner des idées.

Car, ensuite, lors de la réception obligée à la mairie, Bertrand Delanoë est aussi revenu sur cette notion de libéralisme auquel il croit, tout en fustigeant « la crise du capitalisme ». Christian Teyssèdre, d'ailleurs, avait bien préparé le terrain, jouant à la fois sur le mode humoristique tout en vantant les vertus de Keynes, seules à même de venir à bout de la crise actuelle. Une politique de New eal, en quelque sorte, chère à Roosevelt comme on le sait, et qui fait dire à Bertrand Delanoë que le « développement n'est pas un gros mot. C'est au contraire indispensable pour promouvoir la justice sociale ».

Emotion, peopolisation, appel à une gestion raisonnée... Bertrand Delanoë, avec audace, trace son sillon.


En Aveyron, Delanoë signe et persiste dans sa ligne

Le maire de Paris a dédicacé son livre dans son terroir aveyronnais. Certes il était là pour dédicacer son dernier livre, « De l'audace ! », tiré à ce jour à 55 000 exemplaires (pour un tirage initial de 23 000).

Mais il s'agissait aussi d'un retour quelque peu nostalgique sur les terres de sa jeunesse. Delanoë a en effet passé dix ans de sa jeunesse dans l'Aveyron, de 1964 à 1974. Le maire PS de Millau, Guy Durand, lui a offert un couteau du Larzac à tête de brebis . En retour, Delanoë lui a fait présent d'une pièce d'un euro, « pour ne pas couper l'amitié » , et d'un album sur Paris. Mais difficile de ne pas faire un brin de politique pendant cette tournée en province qui permet de se rapprocher des militants socialistes.

Intéressant lorsqu'on n'est encore qu'un candidat « non déclaré » à la tête du PS. Ainsi, Bertrand Delanoë a tenu à « apporter publiquement » sa « solidarité » à Guy Durand, qui a pris récemment un arrêté interdisant les cultures OGM sur sa commune. « Nous sommes pour la recherche, mais nous ne voulons pas détruire nos terres, c'est un Aveyronnais qui parle , a déclaré Delanoë. Un maire qui est capable de prendre cet arrêté, ça prouve qu'il a des convictions, que c'est un bon socialiste ».

Puis, séquence émotion à Rodez où il adhéra au PS en 1972 . Avec le maire Christian Teyssèdre qui a fait basculer une ville à droite depuis 56 ans, il a visité son ancien collège, l'Institution Sainte-Marie devenue lycée François d'Estaing. Là, il est tombé dans les bras de son ancien professeur de gym, d'origine hongroise, La slo Horvath, 86 ans. Ils se sont alors remémoré les professeurs de l'époque, et leurs surnoms "Toto" et "Pipette". Au Café Broussy, son QG de jeunesse, Delanoë a évoqué sa « bande de joyeux drilles avec des cheveux longs. » Avant de rencontrer l'abbé Ginesty avec qui il fit du scoutisme. Puis il a dédicacé son livre à la Maison du livre, où il travailait l'été.

Bertrand Delanoë à Rodez
Bertrand Delanoë à Rodez
Bertrand Delanoë fait preuve d'audace
Bertrand Delanoë fait preuve d'audace
Bertrand Delanoë de retour en Aveyron
Bertrand Delanoë de retour en Aveyron
Bertrand Delanoë et son terroir aveyronnais
Bertrand Delanoë et son terroir aveyronnais
 
 
 
 Article précédent Haut de page Article suivant 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Hôtel du Lion d'Or - 12140 Entraygues-sur-Truyère
Tel : 05 65 44 50 01 - Fax : 05 65 44 55 43
E-mail : hotel.lion.or@free.fr
Copyright © HOTEL-LION-OR.COM 2021
2 0