Entraygues Châteaux Beaux villages Tourisme Nature Sports Manifestations Culturel Gastronomie
Produits terroir Artisanat Photos Vidéos Art et Littérature Histoire Célébrités Autres
 
 
Nature
 

LA GROTTE DE L'AVEN ARMAND


L'aven Armand est une grotte située en Lozère entre Meyrueis et Sainte-Enimie, sur la commune de Hures-la-Parade. Elle abrite une forêt de stalagmites. Elle porte le nom de son découvreur, Louis Armand, forgeron au Rozier, qui y descendit le premier le 19 septembre 1897.

C'est à Louis Armand que l'on doit la découverte de l'Aven, qu'il explora en compagnie d'Edouard Alfred Martel, véritable pionnier de la spéléologie.
C'est à Louis Armand que l'on doit la découverte de l'Aven, qu'il explora en compagnie d'Edouard Alfred Martel, véritable pionnier de la spéléologie.


Après une descente en funiculaire permettant un accès des plus faciles, la visite de l’AVEN ARMAND, vous amène à plus de 100 mètres sous terre à la découverte de l’un des plus purs joyaux de l’histoire de l’humanité.

Des guides passionnés , vous feront admirer, grâce à une mise en lumière aux effets changeants, la Forêt Vierge et ses 400 stalagmites uniques au monde. Vous n’oublierez jamais le Palmier, le Dindon, les Draperies, les Méduses, le Chou-Fleur, la Mâchoire du Tigre…. et bien entendu la Plus Grande Stalagmite connue à ce jour dans le monde qui du haut de se 30 mètres brille et scintille comme un diamant. Une salle unique, féerique, qui par ses dimensions pourrait loger Notre Dame de Paris.

Situation géographique

Situé à 970 mètres d'altitude, l'Aven Armand est un puits naturel du Causse Méjean, plateau de calcaire jurassique lozérien qui s'inscrit entre les gorges du Tarn et les gorges de la Jonte. L'Aven Armand fait partie de la commune d'Hures la Parade (Lozère). Sur le Causse Méjean entre Meyrueis et Sainte­-Enimie, il est facile d'y accéder en utilisant la départementale D996.

L'aven Armand est une grotte située en Lozère entre Meyrueis et Sainte-Enimie, sur la commune de Hures-la-Parade. Elle abrite une forêt de stalagmites. Elle porte le nom de son découvreur, Louis Armand, forgeron au Rozier, qui y descendit le premier.
L'aven Armand est une grotte située en Lozère entre Meyrueis et Sainte-Enimie, sur la commune de Hures-la-Parade. Elle abrite une forêt de stalagmites. Elle porte le nom de son découvreur, Louis Armand, forgeron au Rozier, qui y descendit le premier.

Description de L'AVEN

Vu du plateau, l'Aven apparaît comme un entonnoir de 10 à 15 mètres de diamètre et 4 à 7 mètres de profondeur. Sous cette embouchure plonge un puits vertical de 75 mètres qui dessert la grande salle. Cette grande salle, de forme ovale, mesure 120 mètres de long sur 60 mètres de large. Fortement inclinée, elle descend jusqu'à 112 mètres en­dessous de l'orifice du puits, son volume total étant de l'ordre de 200000 m³.

Dans sa partie supérieure, elle est recouverte d'éboulis et de débris de toutes sortes, tombés de la surface du sol. Dans sa moitié inférieure, se dresse une forêt de stalagmites, hautes de 1 à 30 mètres, véritables cyprès de pierre, dont l'ensemble est baptisé Forêt Vierge.

A l'extrémité de la grotte, un deuxième grand puits descend 87 mètres plus bas, où il est obstrué par des pierres et de l'argile qui ont glissé avec le temps. Lors de sa cinquième visite, le 26 mai 1926, Edouard Alfred Martel s'exclamait : « Rien de pareil n'est jusqu'à présent connu sous terre ! ».

Armand descend en premier l'apic de 75 mètres, sans rencontrer de difficulté majeure. Dès qu' il prend pied au sommet du cône d'obstruction, il s'écrie : « C'est immense ! »
Armand descend en premier l'apic de 75 mètres, sans rencontrer de difficulté majeure. Dès qu' il prend pied au sommet du cône d'obstruction, il s'écrie : « C'est immense ! »

Histoire de l'Aven Armand

Inexploré pendant des millénaires, l'Aven Armand appartenait à la famille des abîmes, objets de légendes terrifiantes, gosiers du diable accusés d'avaler des troupeaux et des voyageurs égarés. C'est à Louis Armand que l'on doit la découverte de l'Aven, qu'il explora en compagnie d'Edouard Alfred Martel, véritable pionnier de la spéléologie.

Le 18 septembre 1897, à l'hôtel des Voyageurs du Rozier, Louis Armand annonce à Martel : « Hier, en redescendant de la Parade, je suis tombé par hasard sur un maître trou... Les grosses pierres que j'y ai jetées s'en vont au diable avec un vacarme pire que partout. » Le 19 septembre, Martel, Viré et Armand arrivent sur les lieux, lourdement équipés : « Mille kilos d'échelles, cordes, téléphone, lit de camp, caisses de luminaires, vêtements, provisions, outils... » , écrira Martel.

Armand descend en premier l'apic de 75 mètres, sans rencontrer de difficulté majeure. Dès qu' il prend pied au sommet du cône d'obstruction, il s'écrie : « C'est immense ! » Il découvre ensuite la Forêt Vierge et téléphone à Martel : « Monsieur Martel, c'est splendide ! Il y a au moins 100 colonnes. La plus haute a bien 25 mètres. Je n'ai rien vu de pareil. Descendez voir. »

La première expédition dure trois jours et permet de sonder un second puits sur 87 mètres. Martel déclare : « Comme le gouffre était anonyme, je décidai, séance tenante, qu'il s'appellerait l'Aven Armand. » L'exploration se poursuit au côurs des années suivantes, pendant lesquelles Armand organise des visites privées pour des amateurs qui ne craignent pas la descente de 75 mètres.

Enfin en 1925, MM. Pin, Tondut, et Paul entrepreneurs à Toulouse, ayant acquis les terrains et les droits indispensables à un aménagement, la Société Anonyme de l'Aven Armand est constituée, le 25 août 1925 et, le ler juin 1926, les travaux commencent. Ils sont considérables.

Il s'agit, en effet : ­ d'aménager une route reliant la RN586 à l'entrée de l'Aven ­ de creuser un tunnel en pente douce, de 208 mètres de longueur, débouchant dans la grande salle ; ­ de créer un escalier permettant de circuler dans la grotte ­ enfin, d'aménager des sentiers autour des stalagmites, ainsi qu'un éclairage en quatre couleurs.

L'inauguration des aménagements touristiques de l'Aven eut lieu le 11 juin 1927, soit trente ans après sa découverte. Outre l'inauguration de l'Aven, on découvrait également ce jour là le monument en hommage à Martel et Armand, érigé sur la commune de Mostuéjouls, près du pont du Rozier.

Situé à 970 mètres d'altitude, l'Aven Armand est un puits naturel du Causse Méjean, plateau de calcaire jurassique lozérien qui s'inscrit entre les gorges du Tarn et les gorges de la Jonte.
Situé à 970 mètres d'altitude, l'Aven Armand est un puits naturel du Causse Méjean, plateau de calcaire jurassique lozérien qui s'inscrit entre les gorges du Tarn et les gorges de la Jonte.

Formation géologique de l'AVEN ARMAND

La formation de l'Aven Armand et de ses stalagmites si particulières fait intervenir deux phénomènes naturels lié à l'évolution dans le temps du milieu karstique (Érosion et corrosion des massifs calcaires) le creusement d'une vaste cavité son remplissage partiel par des concrétions (stalactites et stalagmites).

La création de la cavité est le résultat de la dissolution de la roche calcaire par des eaux acides. Les eaux de pluie ne sont normalement pas acides, mais vont acquérir cette acidité, d'abord en traversant l'atmosphère, ensuite et surtout en percolant à travers le soi où elles s'enrichissent en gaz carbonique (CO²), issu de l'activité bactériologique sur la matière organique (végétaux, animaux, etc ...)

Pénétrant dans les roches calcaires par leurs fissures, elle l'imprègne et creuse par dissolution des cavités de taille et de formes variables. L'évacuation des produits dissous est assurée par la circulation de l'eau vers les parties basses du relief ici la vallée de la Jonte. La cavité initiale, une fois amorcée, peut s'agrandir par effondrement de sa vote fragilisée par la corrosion.

La formation des concrétions procède du même processus de dissolution, mais lorsque l'eau chargée de calcaire dissout rencontre une cavité aérée, le gaz carbonique s'échappe libérant le calcaire qui va se déposer à la voûte en formant des stalactites et des excentriques sur les parois en donnant des draperies et des disques sur le sol en formant des gours et des stalagmites.

A l'Aven Armand, les eaux, particulièrement riches en carbonates dissous, forment à la voûte des gouttes très lourdes qui ne séjournent pas assez longtemps au plafond pour former des stalactites importantes. Par ailleurs la grande hauteur de chute (plus de 40 m), accélère le dégazage provoquant une sursaturation en carbonate de la goutte qui en arrivant sur le sol explose en innombrables gouttelettes libérant leur importante charge minérale qui cristallisera d'autant plus rapidement autour du point d'impact.

Cette précipitation provoque la formation d'assiettes plates, dont le diamètre, fonction des apports d'eau, suit les variations saisonnières des précipitations extérieures. Le développement des « feuilles » et des « ailettes » se fait ensuite par capillarité (migration de l'eau vers la périphérie où elle s'évapore plus facilement).

Sur le causse Méjean, au coeur des Gorges du Tarn et de la Jonte, la visite de l'AVEN ARMAND vous amène à 100m sous terre à la découverte de l'un des plus purs joyaux de l'histoire de l'humanité.
Sur le causse Méjean, au coeur des Gorges du Tarn et de la Jonte, la visite de l'AVEN ARMAND vous amène à 100m sous terre à la découverte de l'un des plus purs joyaux de l'histoire de l'humanité.

EDOUARD ALFRED MARTEL

Né en 1859, à Pontoise, E.A. Martel développe très tôt un goût passionné pour la géographie et le domaine souterrain. Il embrasse néanmoins une carrière de juriste qui ne fera pas obstacle à sa vocation. Explorateur infatigable, il rapporté de ses voyages à travers le monde de nombreux articles et ouvrages qui le feront bientôt reconnaître comme un expert des phénomènes naturels.

En 1883, il découvre les Grands Causses, la beauté majestueuse des gorges et les sculptures féeriques qui dorment sous terre. Dès lors, il n'aura de cesse d'explorer tout ce qu'il qualifie de « nouvelles étrangetés » ; les explorer mais aussi les faire connaître par ses publications et les rendre accessibles au public, en encourageant des aménagements touristiques adaptés.

De 1888 à 1893, il explore 230 abîmes ou cavernes.

LOUIS ARMAND

Louis Armand est né le 23 août 1854 à Parache, commune de Vabres (Aveyron). Il apprend le métier de serrurier à Aguessac et vient s'installer au Rouer.

En 1888, Martel a besoin de faire réparer un petit bateau démontable et sur les conseils d'un ami fait appel à Armand qui remet en état cet engin. Satisfait, Martel l'enrôle dans son équipe et en 1889, il est promu contremaître. Pendant 20 ans, Armand fut le second de Martel dans la plupart de ses recherches en France et à l'étranger.

Dès 1889, le Club Alpin Français lui confie l'aménagement des passages difficiles à Dargilan, au Rocher de Capluc, l'Ermitage Saint Michel et d'autres points des corniches du Tarn et de la Jonte.

Entre 1898 et 1899, il monte le grand escalier de fer, haut de 36 mètres dans le gouffre de Padirac. Jusqu'en 1907, il fit visiter l'Aven à des amateurs. Puis vint la guerre de 1914, et un brusque arrêt de ses activités. De maladie, il mourut le 22 janvier 1922.


Voir aussi notre article : LA GROTTE DE DARGILAN

Après une descente en funiculaire permettant un accès des plus faciles, la visite de l’AVEN ARMAND, vous amène à plus de 100 mètres sous terre.
Après une descente en funiculaire permettant un accès des plus faciles, la visite de l’AVEN ARMAND, vous amène à plus de 100 mètres sous terre.


Plus d'infos sur le site : www.aven-armand.com
 
 
 
 Article précédent Haut de page Article suivant 
 
 
 
 
 
La grotte de Dargilan contient plusieures nappes d eau dont la profondeur varie et qui servent de mirroir à des girandoles.LA GROTTE DE DARGILANNature
La grotte de Dargilan, (surnommée « la Grotte Rose ») est située en Lozère à proximité de Meyrueis sur le Causse Noir. Découverte à la fin de l'automne 1880 par Sahuquet, un jeune berger alors à la poursuite d'un renard, il fallut attendre 1888 pour que le spéléologue Édouard-Alfred Martel en fasse une exploration complète. Elle sera aménagée et ouverte. . .

Grotte de Foissac - Aveyron - FranceGROTTE PREHISTORIQUE DE FOISSAC CLASSEE MONUMENT HISTORIQUENature
La grotte préhistorique de Foissac, à 1,5 km au sud du village du même nom, est située entre Capdenac , Figeac et Rodez sur un plateau calcaire dominant la vallée du Lot. Ce plateau est jalonné par de nombreux vestiges, qui témoignent d'une vie préhistorique intense. La présence de traces de pas, d'animaux, de poteries et de sépultures ont donné. . .

La Cascade du Capat dans le département du Cantal en AuvergneLA CASCADE DU CAPATNature
La Cascade du Capat est une cascade de la rivière du Siniq qui franchit des pierres volcaniques du Cantal et de l'Auvergne. La chute forme un bassin naturel appréciable durant l'été. Mais attention, l'eau sort directement des sources des montagnes, même en temps de chaleur elle est très fraîche. A l'arrière plan, une petite grotte donne une touche colorée. . .

La cascade du Déroc sur la commune de Nasbinals en Lozère.LA CASCADE DU DEROC SUR LA COMMUNE DE NASBINALSNature
La cascade du Déroc est une chute d'eau du département de la Lozère et constitue l'un des sites naturels les plus remarquables de l'Aubrac. Elle est formée par l'exutoire du lac des Salhiens qui se précipite du haut d'une falaise basaltique (correspondant à une ancienne coulée de lave) et retombe 32 m plus bas. La cascade cache une petite grotte dont. . .

Rodelle - Aveyron - FranceLE SITE DE RODELLE CLASSE PROTEGE PAR LES BATIMENTS DE FRANCETourisme
Presque en ruines il y a 40 ans, le site de Rodelle a retrouvé tout son lustre par la magie d'une rénovation soignée. Situé en plein Causse Comtal, Rodelle s'étale sur une arête rocheuse sculptée comme Bozouls par les méandres du Dourdou. Son nom vient de Ruthenula, le "Petit Rodez". Durant l’Antiquité, à cet endroit, au cœur du Causse Comtal,. . .

Des chercheurs français ont découvert que des hommes venant du Proche-Orient vivaient en Aveyron il y a environ 5.000 ans. Une conclusion émise après l'analyse d'ADN prélevé sur des dents datant de l'ère néolithique.DES HOMMES VENUS DU MOYEN-ORIENT, NOS ANCETRES LES TURCSHistoire
C'est une découverte très importante qui a été faite dans la grotte de Treilles, sur la commune de Saint-Jean-et-Saint-Paul. Des hommes venus du Moyen-Orient, probablement d'Anatolie (Turquie), vivaient au IVe millénaire avant notre ère en Aveyron. Des hommes venant du Proche-Orient vivaient au IVe millénaire avant notre ère en Aveyron, révèle une étude. . .

L'Aubrac est un haut plateau volcanique et granitique situé au centre-sud du Massif central.LE PLATEAU DE L'AUBRAC ET LA CASCADE DU DEROCVidéos
L'Aubrac est un haut plateau volcanique et granitique situé au centre-sud du Massif central. Sur 2 500 km2, forêts et pâturages se partagent l’espace. Après la transhumance , marquant le début de la belle saison, on y croise les troupeaux de la magnifique race Aubrac, autour d’innombrables abris de bergers nommés “burons”. Ici, vous serez envahi d’émotions. . .

Creissels est un village médiéval construit au pied des falaises du Causse du Larzac.CREISSELS, SON CHATEAU ET SES CASCADESBeaux villages
Creissels est un village construit au pied des falaises du Causse du Larzac , dominant le Tarn , situé à 5 km de Millau et à 30 km de St Affrique. Le tuf, roche légère et facile à extraire et à tailler, résultant de dépôts de calcaire par les eaux d'infiltration, a été exploité pendant des siècles à Creissels. Il a été utilisé pour la construction de. . .

Belcastel: Plus beau village de France - AveyronBELCASTEL : UN DES PLUS BEAUX VILLAGES DE FRANCEBeaux villages
Un site naturel d'exception Situé au bord de la rivière aveyron , Belcastel est aujourd'hui un des plus beaux villages de France. Cerné de pentes boisées et superbement circonscrit par le relief, ses maisons s'étagent au pied de l'imposant château fort. Hier avec un patrimoine quasi à l'abandon, Belcastel vit aujourd'hui une deuxième jeunesse. . . .

Chaos de Montpellier le Vieux - Porte de Mycènes - AveyronLE CHAOS DE MONTPELLIER LE VIEUXNature
Dès les temps les plus reculés, les rochers de Montpellier-le-Vieux ont servi d'abris naturels aux animaux et l'homme y a trouvé asile. Les GRANDS CAUSSES ou CAUSSES MAJEURS , comme les appelait E.A. MARTEL, dessinent au sud du Massif Central un arc de hauts plateaux calcaires. Ils constituent de vastes étendues tabulaires à la surface relativement peu accidentée,. . .

 
 
 
Hôtel du Lion d'Or - 12140 Entraygues-sur-Truyère
Tel : 05 65 44 50 01 - Fax : 05 65 44 55 43
E-mail : hotel.lion.or@free.fr
Copyright © HOTEL-LION-OR.COM 2017
2 0