Entraygues Châteaux Beaux villages Tourisme Nature Sports Manifestations Culturel Gastronomie
Produits terroir Artisanat Photos Vidéos Art et Littérature Histoire Célébrités Autres
 
 
Châteaux
 

LE CHATEAU FORT DE SAINT-BEAUZELY




Le village de Saint-Beauzély :

Dans le Parc Naturel Régional des Grands Causses, au coeur de la vallée de la Muse, Saint-Beauzély fut longtemps le pays des tailleurs de pierres et de bâtisseurs à qui sont dus de nombreux bâtiments du Sud-Aveyron. Saint-Beauzély est un lieu où dolmens, vestiges de temples gallo-romains et voie romaine témoignent d'un habitat ancien. Le village, groupé autour de l'église est cité dès 1082. Il tire son nom de Saint Baudile, patron de la paroisse.

Le château :

Le premier château existait au XIIème siècle. Il à été réaménagé au XVIème siècle. Ses deux corps de bâtiments avec mâchicoulis et fenêtres à croisée ouvrent chacun sur une belle porte à fronton triangulaire. S'appuyant sur le château, la porte de la Madeleine enjambe la rue. Elle témoigne des anciens remparts.

Il a été la propriété successive des familles de Lévézou (XIIIé s.), Brenguier d'Arpajon (XIVè s.) puis des Roquelaure. Au XIXème siècle, la famille de Gaujal en fait don aux religieuses de la Saint Famille qui le transforment en ‚cole de 1835 à 1961. Il est aujourd'hui propriété de la commune et abrite le Musée Mémoire de la Vie Rurale.

Le Musée :

Le Musée a ouvert ses portes en mai 1990. Il rassemble aujourd'hui une collection de près de deux mille objets présentant les activités traditionnelles, l'artisanat et la vie quotidienne de nos aïeuls. Il occupe actuellement deux étages du château ainsi que le fossé.

Les visites peuvent être commentées par nos animateurs pour ceux qui le souhaitent. Chacun pourra, en fonction de son âge, retrouver le souvenir des gestes qu'il a pratiqué ou qu'ont pratiqués ses parents ou voisins dans un passé qui n'est pas si ancien que cela. Qui ne se souvient pas du geste du faucheur, du bruit de la pierre à eau ravivant le fil de la faux, de l'odeur âcre des épis de blés se couchant.

Le vombrissement des ailes des abeilles vous interpellera. Protégé derrière une vitre, vous pourrez admirer le travail des ouvrières à l'intérieur de la ruche en activité. Un miel parfumé aux mille fleurs du causse voisin sera la récompense de ce labeur incessant.

Peut-être aurez-vous la curiosité de goûter au cidre produit à l'aide des pommes "passeroses" qui ont fait la renommée de St Beauzély au début du siècle. Ces pommes écrasées dans le fouloir qui trône dans l'escalier libèrent leur jus brun sous le cliquetis du pressoir. Décanté, le brun vire à l'or. Le jus calme devient vif. Il accompagne alors le craquement des châtaignes grillées provenant des bois de Verdalles. Vous pouvez voir ces bois, par la fenêtre éclairant les outils qui concernent le travail de la vigne.

Mémoire de la Vie Rurale :

Sous la voûte d'une cave dont une partie a été occupée par une citerne d'eau, l'araire côtoie le brabant et les herses. Dans le fossé, l'élégante charrette bleue nargue la trinqueballe aux imposantes roues cerclées de robustes bandes de fer. A deux pas, "lo fabre". Le charbon rougeoie dans la forge sous l'action du gros soufflet. Ecoutez tinter le marteau sur l'enclume.

Le paroir et l'ombiet font revivre le sabotier. Le joutier côtoie le menuisier et le bûcheron. Les moissons, les vendanges, la chasse et la pêche rythment les saisons. Le moine permettant de chauffer le lit, le porte saindoux, la meule à sel évoquent ces jours où la vie était rude. La grande cheminée pourrait vous raconter les histoires romanesques des bergères ou les contes fantastiques de loups-garous et autres drags, entendus durant les longues veillées hivernales.

L'ancienne école avec ses pupitres et son poêle à bois vous replongeront en enfance, à l'époque où chaque élève devait amener sa bûche pour chauffer la salle de classe.

Les métiers de la pierre :

Vous pourrez suivre les étapes du travail de la pierre, depuis l'extraction du grès par le carrier, à la pose des lauzes par le couvreur, en passant par le tailleur de pierres et le maçon. Saint -Beauzély a été, depuis le XVème siècle, un haut lieu de l'exploitation des carrières de grès pour la construction d'édifices ou la fabrique de meules pour équiper les nombreux moulins à eau de la région.

Les maîtres maçons de la vallée de la Muse ont participé à la construction des remparts des cités templières de la Cavalerie, de Sainte-Eulalie de Cernon et de la Couvertoirade.

Le Prieuré de Comberoumal :

Niché dans un agréable coin de verdure à l'abri des regards, ce prieuré situé sur la route de Mauriac à la sortie de Saint Beauzély représente un charmant hâvre de paix. Chaque année au mois d'août le prieuré accueille un concert prévu dans le cadre du Festival de Musiques Sacrées de Sylvanès.

Ancien prieuré de l'ordre de Grandmont, fondé à la fin du XIIème siècle. Batie selon les règles des grandmontains. L'église n'a pas de clocher et possède une nef unique avec voûte en berceau, elle est éclairée par quatre fenêtres romanes percées dans le choeur demi-circulaire. L'ensemble de l'édifice se compose d'un cloître, d'une salle capitulaire de plan carré avec voûte romane et porte à triple arcature, d'une salle commune et d'un dortoir.

L'histoire de Saint-Beauzély :

Saint-Beauzély située dans l'Aveyron fait partie de l'ancienne province du Rouergue où l'on communique grâce à une forme d'Occitan: le patois ou dialecte rouergat. Les habitants à l'année s'appellent les Saint-Beauzéliens et les Saint-Beauzéliennes. Le territoire de cette commune constitue une partie du Parc naturel régional des Grands Causses. il se développe sur le versant Sud des Monts du Lévézou sur la rive droite de La Muse et sur le causse Rouge sur la rive opposée.

Si la commune de Saint Beauzély est habitée depuis très longtemps par l'homme (entre autres, présence de dolmens), l'origine du bourg est assez obscure. La première mention écrite de Saint Beauzély apparaît dans un acte de 1082 (confirmation d'une donation de nombreuses églises du Rouergue à l'abbaye Saint-Victor-de-Marseille).

Le village s'est développé au Moyen Age, sur un site alors stratégique qui pouvait être occupé plus anciennement. En effet, la commune de Saint-Beauzély était traversée d'est en ouest par une voie romaine qui reliait Millau-Condatomagos à Rodez-Segodunum.

C'est au lieu de franchissement de la Muse, dans une petit vallon avec un gué, que le bourg fortifié de Saint-Beauzély est situé, comme une sentinelle de surveillance. Un pont en pierre daté du XIIIe siècle a remplacé le gué. Il porte encore les armoiries des seigneurs d'Arpajon qui contrôlait alors le lieu.

Les auberges et les commerces caractérisaient ce "village-étape" ancien. La prospérité économique de Saint-Beauzély avait deux autres origines. D'une part une production agricole diversifiée (brebis sur le causse, bovins sur la montagne, céréales, châtaignes) dominée par les arbres fruitiers profitant d'un microclimat abrité : les amandiers et les pommiers (passeroses, reinettes, villefranquaises et "grasses") dont la production était exportée jusqu'en Amérique au XVIIIe siècle.

Trois foires annuelles rythmaient autrefois la vie économique. D'autre part, Saint-Beauzély disposait d'importantes carrières de grès, qui lui ont permis de devenir un des grands centres de production de meules, et de pierres de taille. La qualité architecturale du patrimoine villageois atteste de l'activité ancienne des tailleurs de pierre.

Le château est aujourd'hui Musée de la pierre. La première mention du château remonte à 1192. Il appartenait alors à la puissante famille de Lévézou, largement possessionnée dans les alentours. En 1228, le mariage d'Alix de Lévézou avec Bernard d'Arpajon inaugure une complexe histoire de changements de famille seigneuriale : Combret au XIIIe siècle, Roquefeuil au XIVe siècle, Arpajon de nouveau aux XV-XVIe siècles, Castelpers-Panat-Combret au XVIe siècle, Tauriac (1598-1621), Grégoire des Gardies au XVIIe siècle et Julien de Pegayrolles au XVIIIe siècle. La commune actuelle correspondait globalement à la seigneurie. Deux paroisses se partageaient son territoire : Saint-Beauzély et Salsac.

Au cœur de la vallée de la Muse, Saint-Beauzély fut le pays des tailleurs de pierres et de bâtisseurs à qui sont dus de nombreux bâtiments du Sud-Aveyron. Dolmens, vestiges de temples gallo-romains et voie romaine témoignent d'un habitat très ancien.
Au cœur de la vallée de la Muse, Saint-Beauzély fut le pays des tailleurs de pierres et de bâtisseurs à qui sont dus de nombreux bâtiments du Sud-Aveyron. Dolmens, vestiges de temples gallo-romains et voie romaine témoignent d'un habitat très ancien.
Le château existait au XIIème siècle et a été réaménagé au XVIème siècle. Ses deux corps de bâtiments avec mâchicoulis et fenêtres à meneaux ouvrent chacun sur une belle porte à fronton triangulaire.
Le château existait au XIIème siècle et a été réaménagé au XVIème siècle. Ses deux corps de bâtiments avec mâchicoulis et fenêtres à meneaux ouvrent chacun sur une belle porte à fronton triangulaire.
S'appuyant sur le château, la porte de la Madeleine enjambe la rue. Elle témoigne des anciens remparts.  Le château abrite aujourd'hui l'accueil touristique ainsi que le Musée Mémoire de la Vie Rurale.
S'appuyant sur le château, la porte de la Madeleine enjambe la rue. Elle témoigne des anciens remparts. Le château abrite aujourd'hui l'accueil touristique ainsi que le Musée Mémoire de la Vie Rurale.
L'église néo-gothique de Saint-Beauzély. Une partie des remparts du côté Nord sert de soubassement au clocher de l'église actuelle.
L'église néo-gothique de Saint-Beauzély. Une partie des remparts du côté Nord sert de soubassement au clocher de l'église actuelle.
Le Prieuré de Comberoumal du XIIème siècle. Il constitue un remarquable exemple de la sobriété de l’architecture romane. Entrée de la salle du chapitre dans l'ancienne cour du cloître.
Le Prieuré de Comberoumal du XIIème siècle. Il constitue un remarquable exemple de la sobriété de l’architecture romane. Entrée de la salle du chapitre dans l'ancienne cour du cloître.
Les maîtres maçons de la vallée de la Muse et de Saint Beauzély ont participé à la construction des remparts des cités templières de la Cavalerie, de Sainte-Eulalie-de-Cernon et de la Couvertoirade.
Les maîtres maçons de la vallée de la Muse et de Saint Beauzély ont participé à la construction des remparts des cités templières de la Cavalerie, de Sainte-Eulalie-de-Cernon et de la Couvertoirade.
 
 
 
 Article précédent Haut de page Article suivant 
 
 
 
 
 
 
 
Eglise Notre-Dame de Misericorde à St AffriqueSAINT AFFRIQUE, LA VILLE AUX SEPT COLLINESBeaux villages
Saint-Affrique est sur le tracé de la route D 999 (anciennement RN 99), à 80 km à l'est d' Albi, à 35 km à l'ouest de Millau et à 15 km de Roquefort-sur-Soulzon . La ville est traversée par la Sorgues, qui, avec ses affluents, a découpé 7 « montagnes » : des Anglais, de la Quille, de la Fous, de la Serre, des Cazes, de Nougayrolle et du Rocher de Caylus. Cinq. . .

Surplombant le Lot de près de 100 m de haut, Le village fut partagé au Moyen âge entre quatre dynasties féodales, les Lapopie, les Gourdon, les Cardaillac et les Castelnau.SAINT CIRQ LAPOPIE UN SITE MAJEUR DE LA VALLEE DU LOTBeaux villages
Située à 30 km à l'est de Cahors au cœur du Parc naturel régional des Causses du Quercy, Saint-Cirq Lapopie classé parmi les plus beaux villages de France est aussi une halte sur les chemins de St Jacques de Compostelle. Surplombant le Lot de près de 100 m de haut, Le village fut partagé au Moyen âge entre quatre dynasties féodales, les Lapopie, les. . .

Depuis la Domerie d’Aubrac, havre de paix dans le paysage sauvage de l’Aubrac, le chemin descend vers Saint-Chély-d’Aubrac puis retrouve la vallée du Lot à Saint-Côme-d’Olt.LE GR65, LE CHEMIN DE SAINT-JACQUES-DE-COMPOSTELLETourisme
Des grandes steppes de l’Aubrac jusqu’aux charmants villages de la Vallée du Lot, de la douceur du Vallon aux plateaux dominants, laissez-vous emporté par ce pays chargé d’histoire et d’émotions. Aujourd’hui, ce patrimoine est classé par l’UNESCO, tout comme l’ensemble des chemins de Saint Jacques. Nous vous invitons à vivre ou à revivre l’aventure. . .

Le village de Saint Sernin sur Rance, étagé sur son éperon rocheux, en bordure du Rance, jouit d'un climat agréable et d'une position privilégiée.SAINT SERNIN, ENTRE VALLEES DU TARN ET DU RANCE Beaux villages
Saint Sernin-sur-Rance, site classé, à l'entrée du département est un village qui mérite une visite et qu'on prenne le temps de s'y arrêter. Saint Sernin est une très ancienne cité. Le bourg était fortifié : il avait quatre tours et quatre portes qui existaient encore à la fin du XVIIIème siècle. Bien qu'il ne reste que peu de vestiges de ces fortifications,. . .

Le château épiscopal des XIVème XVIème XVIIème XIXème siècles, cité en 1346, d'abord château refuge durant les conflits, puis résidence d'été des évèques de Vabres, Vabres-l'Abbaye, en Aveyron.LE CHATEAU DE SAINT-IZAIRE, UN CHÂTEAU FORT DE GRES ROUGEChâteaux
Le château de Saint-Izaire est un château épiscopal du XIVe siècle situé sur la commune de Saint-Izaire dans l'Aveyron. Il domine un méandre du Dourdou. Il sert tour à tour de résidence d’été des évêques de Vabres et de lieu de refuge face aux dangers du moment. La construction de ce château épiscopal s'est tenue de 1317 à 1346. En 1568, le château est. . .

L'Aveyron est une région à la croisée des civilisations.  Dolmens, menhirs, châteaux forts, bastides, églises et abbayes, tous ces monuments témoignent du riche passé de ce département.HISTOIRE DU DEPARTEMENT DE L'AVEYRONHistoire
Avant la conquête romaine, le Rouergue (aujourd’hui le département de l’Aveyron) était habité par les Rutheni, ainsi appelés de leur idole Ruth, sorte de Vénus celtique dont le culte subsistait encore au Ve siècle de notre ère. Nation puissante, les Ruthènes avaient trois cités principales : Segodun, en langue celtique montagne à seigle (Rodez ) ; Condatemag,. . .

Procession historique de la Saint Fleuret - Estaing - AveyronLA SAINT FLEURET A ESTAING : 6 ET 7 JUILLET 2019 Manifestations
Depuis plus d'un millénaire, Estaing s'est donnée Saint-Fleuret pour patron de la paroisse. Résumons les écrits le concernant, fruits des recherches du doyen Dijols curé d’Estaing , et rédigés vers 1947. La légende prétend que ce Saint était sans doute évêque régionnaire d’Auvergne, ce qui permettrait de comprendre l’homonymie avec Saint Flour qui serait. . .

Les baumes de Saint-Rome et les eaux émeraudes du TarnSAINT ROME DE TARN ET LA CASCADE DES BAUMESBeaux villages
Entouré par les communes de Les Costes-Gozon, Saint-Rome-de-Cernon et Montjaux, Saint-Rome-de-Tarn est une commune du parc naturel régional des Grands Causses située à 15 km au Nord-Est de Millau la plus grande ville des environs. Situé à 390 mètre d'altitude, La rivière le tarn est le principal cours d'eau qui traverse le village de Saint-Rome-de-Tarn. . . .

Village de Coupiac - AveyronCOUPIAC, LA VIE QUOTIDIENNE AU MOYEN AGE... DANS LE SUD AVEYRON Beaux villages
Coupiac se trouve dans le sud Aveyron à 50 kilomètres d'Albi et à 65 kms de Millau , de Rodez et à quelques minutes de la vallée du Tarn. Ce petit bourg (population environ 350 habitants) est le chef-lieu de la Communauté de Communes des Sept Vallons, région de production du lait de brebis pour la fabrication du Roquefort dont les caves se trouvent à une. . .

Au cœur du Rougier de Camarés, le château fort de MontaigutLE CHATEAU FEODAL DE MONTAIGUTChâteaux
Les premières traces du château féodal de Montaigut remontent au Xe siècle. Edifiée sur un éperon rocheux dominant la vallée du Dourdou, cette vaste forteresse défendait Saint-Affrique contre les attaques venant du sud. Agrandi et transformé au XVème siècle par la famille de Blanc, le château est restauré à plusieurs reprises avant de tomber en ruine. L'association. . .

 
 
 
 
Hôtel du Lion d'Or - 12140 Entraygues-sur-Truyère
Tel : 05 65 44 50 01 - Fax : 05 65 44 55 43
E-mail : hotel.lion.or@free.fr
Copyright © HOTEL-LION-OR.COM 2020
2 0