Précédent      1  2  3  4  5  6  7  8  9  10  11  12  13  14  15  16  17  18  19  20        Suivant
 
NOS PARTENAIRES
 
Peintures de Bernard Landelle
Location appartement HéraultTourisme Maroc
 
 
Actualités en Aveyron
FESTIVAL INTERNATIONAL DE THEATRE DE RUE A AURILLACManifestations
Du 17 au 20 août 2016 : Festival de théâtre de rue d'Aurillac. L’histoire du Festival d’Aurillac est particulièrement atypique dans le paysage culturel français. Créé en 1986 et inscrit volontairement dans un territoire rural, il n’a cessé dès lors de s’imposer comme l’une des principales manifestations de spectacle vivant en France, festival de référence pour les Pouvoirs publics, référence aussi à l’échelle européenne et internationale en matière d’Arts de la rue. Durant ces 4 jours, le Festival d’Aurillac ouvre toutes les rues, places, squares et alentours de la ville aux artistes de rue et à quelque 100 000 spectateurs pour offrir une programmation bouillonnante et ouverte sur l’international. Depuis sa création en 1986, le Festival s’est attaché, en parallèle de la programmation officielle qui compte une vingtaine de compagnies françaises et étrangères à accueillir tous les artistes de rue qui souhaitent se produire à Aurillac. Ce sont environ 500 compagnies qui se réunissent au travers du « Rendez-vous des compagnies de passage » et qui font du Festival d’Aurillac, un événement exceptionnel de création, de recherche et de diffusion artistique. Voir la. . .
LE CHATEAU DE SAINT-IZAIRE, UN CHÂTEAU FORT DE GRES ROUGEChâteaux
Le château de Saint-Izaire est un château épiscopal du XIVe siècle situé sur la commune de Saint-Izaire dans l'Aveyron. Il domine un méandre du Dourdou. Il sert tour à tour de résidence d’été des évêques de Vabres et de lieu de refuge face aux dangers du moment. La construction de ce château épiscopal s'est tenue de 1317 à 1346. En 1568, le château est en grande partie saccagé par les guerres de Religion. De 1673 à 1710, les ailes ouest et sud sont remaniées. Sur plan carré avec une cour centrale, le château a l'apparence d'une forteresse. Au sud, une tour centrale se détache en hauteur et des tourelles ornent les angles, seule fantaisie de cette architecture massive. Prévu pour servir d'abord de place forte (meurtrières à fusil visibles dans le rempart), le château fut transformé en résidence d'été et doté à l'intérieur d'éléments décoratifs. Les murs de la chapelle sont peints d'un décor géométrique du XIVe siècle, recouvert par endroits de scènes du XVIIIe siècle avec grands personnages. La "Chambre de l'Evêque" est ornée d'un plafond à caissons en bois peint polychrome, du XVIIe siècle. Une chambre haute conserve des traces de décor peint du XIVe ou XVe siècle,. . .
CAP SUR LE ROUERGUE, UN PAYS DE CARACTEREVidéos
Cap sur le Rouergue, ancienne province du Midi de la France correspond approximativement à l'actuel département de l'Aveyron. Un voyage dans le Nord du département, à la recherche de l'identité, de l'âme aveyronnaise. De Conques à Bozouls en passant par le site des Bourines restauré par des bénévoles amoureux de leur pays et le marché aux bestiaux de Laissac (le deuxième de France), nous allons découvrir des paysages et des hommes qui ont un point commun : une force de caractère ! Conques apparaît dans son écrin de verdure, « comme une révélation». Le superbe village médiéval et son abbatiale au splendide tympan reste l’un des plus importants centres d’art et de spiritualité de l’Occident. L’histoire de Conques est aussi riche que son patrimoine…. nous la découvrons en compagnie de Marie Renoue historienne de l’art. Au milieu des champs cultivés et des pâtures, une apparition, encore une ! On croirait voir un château, avec ses remparts, ses fossés, ses fortifications tant l’édifice au centre des dépendances, est imposant. Il s’agit en fait d’un grenier à blé fortifié. Au Moyen-âge, le domaine des Bourines était l'un des plus grands domaines du centre de la France. Didier. . .
LE LAC DE MAURY OU DE LA SELVESNature
Implanté au milieu des magnifiques paysages de la base Viadène, le lac de Maury baptisé également lac de la Selves ou encore de Saint Amans des Côts, est un grand plan d’eau de 167 ha. Il se localise au confluent des vallées de la Selves et du Selvet, une configuration qui lui procure cette forme caractéristique en V : avec deux bras : un bras "nord" correspondant à la vallée du selvet, et un bras "Est", plus long, restes de la vallée de la Selves. Assez encaissé sur une bonne partie du lac, les berges peuvent également proposer aux pêcheurs quelques plages. La queue du bras de la Selve est assez plane. Sa digue traversée par la D97 reliant Saint Amans des Côts au village du Nayrac, est un grand barrage de béton en forme de voûte de 72 mètres de haut, construit entre 1940 et 1947 dans un val de la Selves et destiné à l’alimentation d’une centrale hydro-électrique. La Selves, longue de 44 km, prend sa source dans l'Aveyron sur le revers ouest plateau de l'Aubrac à 1 330 mètres d'altitude, affluent de la Truyère (rive gauche) dans le lac du barrage de Couesque. Le barrage-réservoir de Maury, au confluent de la Selves et du Selvet, alimente l'usine de Lardit, sur la. . .
100 KM DE MILLAU, SAMEDI 24 SEPTEMBRE 2016Manifestations
Le 100 km de Millau est une épreuve de course à pied sur route goudronnée appartenant à la famille du grand-fond. C'est le plus vieux 100 kilomètres français; il se dispute à Millau tous les derniers samedis du mois de septembre depuis 1972. La magie opère toujours. Alors que la plupart des épreuves au long cours sont en perte de vitesse, les 100 km de Millau font encore recette. Plus de 40 ans après leur création, c’est La Mecque, la référence. Et que l’on soit anonyme parmi les anonymes ou athlète de haut niveau, il faut avoir couru Millau , traversé la vallée du Tarn, usé ses chaussures dans la côte de Tiergues pour prétendre au titre suprême de "cent-bornard". Exigence : 100 km à pied, style libre sur routes goudronnées, dans un délai maximum de 24 heures. Le circuit est composé d’une première boucle allant de Millau à Millau en passant par Le Rozier et Peyreleau. Cette première boucle correspond à la distance exacte du marathon. La deuxième boucle est un aller-retour entre Millau et Saint Affrique avec un double passage sous le viaduc de Millau. Les coureurs chevronnés terminent l'épreuve en 15 à 25 min de plus que pour un 100 kilomètres plat,. . .
SAINT CIRQ LAPOPIE UN SITE MAJEUR DE LA VALLEE DU LOTBeaux villages
Située à 30 km à l'est de Cahors au cœur du Parc naturel régional des Causses du Quercy, Saint-Cirq Lapopie classé parmi les plus beaux villages de France est aussi une halte sur les chemins de St Jacques de Compostelle. Surplombant le Lot de près de 100 m de haut, Le village fut partagé au Moyen âge entre quatre dynasties féodales, les Lapopie, les Gourdon, les Cardaillac et les Castelnau. De ce fait, plusieurs châteaux et maisons fortes constituaient le fort de Lapopie et dominaient le village. Les rues de St Cirq Lapopie ont conservé de nombreuses maisons anciennes dont les façades en pierre ou en pans de bois datent pour la plupart du XIIIè au XVIè siècles. Etroites, elles sont caractérisées par leur toit de tuiles plates, à fortes pentes ... Histoire Il est vraisemblable que l'occupation de cet escarpement rocheux surplombant la rive gauche du Lot, face à un cirque de falaises, a tenté les hommes dès l'époque gallo-romaine. La terre de Saint-Cirq appartenait à la famille de Cardaillac. En 1229, Bertrand de Cardaillac rendit hommage à Raymond comte de Toulouse pour cette terre. Un de ses descendant, nommé lui aussi Bertrand, reçut en 1395 le château. . .
RECETTE DE LA FOUACE AVEYRONNAISEGastronomie
Couronne mafflue à la mie moelleuse jaune clair, à la croûte fine doré foncé, souvent parsemée de grains de sucre, la fouace aveyronnaise est parfois appelée « fougasse aveyronnaise ». Elle se présente, ronde ou ovale, sous divers formats, allant de la livre au triple kilo. Ces fouaces, généralement parfumées à la fleur d’oranger, s’enrichissent quelquefois de fruits confits ou de pruneaux. Farine, levain, beurre, œufs, lait, sucre, eau de fleur d’oranger et sel sont mêlés, pétris, puis la pâte est enfermée dans un torchon plusieurs heures, avant d’être façonnée en forme de couronne, dorée à l’œuf et placée dans le four. Une fois cuite, elle sera poudrée de grains de sucre. Variantes : fouace de Laguiole, fouace de Rodez , soleil de Marcillac , soleil de Saint-Christophe. Cette fouace rouergate exhalant la fleur d’oranger calme les petites comme les grandes faims. Elle se déguste en fin de repas (avec une salade de fruits, une crème dessert, ou encore une île flottante) ou comme collation à tout moment de la journée (petit déjeuner, goûter), accompagnée d’une boisson chaude ou froide. Elle tient aussi son rang lors des vins d’honneur, des apéritifs, se grignotant avec. . .
ST CHELY D'AUBRAC: LES CHEMINS DE ST JACQUES DE COMPOSTELLEBeaux villages
Saint-Chély d'Aubrac est un village Halte sur le Chemin de St Jacques de Compostelle (GR65, voie du Puy-en-Velay ). Le tronçon Nasbinals , Aubrac , Saint-Chély d'Aubrac (17 km) et le Pont des Pèlerins à Saint-Chély, est inscrit au Patrimoine Mondial de l'Humanité (Chemin de Compostelle, voie du Puy-en-Velay, UNESCO, décembre 1998). Situé au Nord Est du département de l'Aveyron (nord est de la région Midi Pyrénées), le canton de Saint-Chély d'Aubrac est frontalier des départements du Cantal et de la Lozère, et donc des régions Auvergne et Languedoc Roussillon. La superficie du canton de Saint-Chély d'Aubrac est d'environ 125 km². Le point culminant du canton se situe aux Truques (1442 m) près du Buron de Canuc. Le sommet de l'Aubrac et de l'Aveyron se situe, quant à lui, au Mailhebiau à 1 471 m d'altitude. Sa population actuelle est d'un peu moins de mille habitants. Elle était au début du siècle de plus de deux mille et de plus de trois mille à la révolution. Cela s'explique, bien sûr, par la forte émigration à partir de la seconde moitié du 19ème siècle. Il est l'un des huit plus petits cantons de France par sa population (moins de mille habitants),. . .
DECAZEVILLE : ANCIENNE INDUSTRIE EN BASSIN HOUILLERBeaux villages
Pôle industriel dans un département vert, Decazeville est un passage obligé pour tous les passionnés de tourisme industriel. Ville récente d'environ 170 ans, elle a été créée par le Duc Decazes (1788-1860) pour exploiter la houille et mettre en place l'industrie sidérurgique. C'est l'une des premières villes bâties autour et à cause de l'industrie. A l'origine, des marécages se trouvaient sur ces terres. Decazeville connaît de grands jours et est en pleine expansion jusqu'en 1855, date à laquelle le traité de libre échange signé avec l'Angleterre provoque une très longue crise métallurgique nationale. Il faut attendre 1914 pour voir une nette reprise, mais la métallurgie décline peu à peu, après la guerre. Les mines souterraines ont été abandonnées en 1966. La concentration des efforts s'est donc effectuée sur la mine à ciel ouvert, "la découverte" qui est devenue la plus grande exploitation de ce type en France (3,7 km de long, 2,5 km de large, 250 m de profondeur). Aujourd'hui, l'activité est définitivement arrêtée depuis 2001, mais la ville reste très empreinte de son passé minier. Le site de la "Découverte" est en cours de réhabilitation. A voir. . .
ENTRAYGUES: VESTIGES DU PASSEEntraygues
LA DEMEURE OU FIT ESCALE LA "REINE MARGOT" Une belle maison Renaissance porte l'inscription: "A l'étape de la Reine Margot". Marguerite de Valois dite "la Reine Margot", fille d'Henri II de Valois et de Catherine de Médicis, naquit en 1553. Elle épousa en 1572, Henri de Navarre, le futur Henri IV. Ce mariage fut un échec et en 1585, le roi refusant leur rupture, la Reine s'enfuit vers Agen. Dans son échec à s'emparer du Comté d'Agen, elle s'enfuie à nouveau avec l'objectif de regagner la Haute Auvergne et le châtreau de Carlat (près de Vic-sur-Cère dans le Cantal). La légende dit que, sur la trajet, elle séjourna à Entraygues le 28 septembre 1585 et assista le lendemain à une messe célébrée en la Chapelle du Pontet. LA PORTE VALETTE Un somptueux portail en bois de châtaignier, bien conservé, datant du XVIème siècle, classé en 1927, peut être admiré en arpentant la Rue Droite. Ce portail comportait deux marteaux : celui du bas toujours existant était pour les piétons et celui du haut (tristement volé en 2000) servait aux cavaliers. Pour en avoir une idée, visitez donc l'atelier du sculpteur Bernard Gratio qui en a fait une reproduction. Admirez. . .
 
     
 Précédent Logos/Partenariat/Echange de liens Suivant 
 
Hôtel du Lion d'Or - 12140 Entraygues-sur-Truyère
Tel : 05 65 44 50 01 - Fax : 05 65 44 55 43
E-mail : hotel.lion.or@free.fr
Copyright © HOTEL-LION-OR.COM 2017
4 0