Pays d'Entraygues situé dans le Nord Aveyron - France
 
Balades sportives dans les sentiers et chemins de l'Aveyron
 
Une gastronomie aux saveurs de terroir - Aveyron
 
Entraygues, cité aux nombreux vestiges moyenâgeux - France
 
 
 
 
Actualités en Aveyron
CREISSELS, SON CHATEAU ET SES CASCADESBeaux villages
Creissels est un village construit au pied des falaises du Causse du Larzac , dominant le Tarn , situé à 5 km de Millau et à 30 km de St Affrique. Le tuf, roche légère et facile à extraire et à tailler, résultant de dépôts de calcaire par les eaux d'infiltration, a été exploité pendant des siècles à Creissels. Il a été utilisé pour la construction de maisons et de ponts dans la région, notamment le Pont Lerouge à Millau , et pour de nombreux autres types d'ouvrage. La promenade du "Sentier des Cascades" permet de voir des habitats préhistoriques, nécropole aménagés dans les excavations naturelles qu'offrait le tuf. On peut également voir au vieux cimetière, des tombes creusées dans le tuf dont les contours épousent la forme du corps. À voir sur place :
  • L'acqueduc sur la place du village. Les anciens moulins, les cascades.
  • Le château des Comtes de Rodez (aujourd'hui hôtel-restaurant).
  • Le cirque du Boundoulaou et sa grotte.
  • Sur les corniches du Larzac qui surplombent Creissels, se trouve l'aire d'envol de Brunas, pour les deltaplanes et les parapentes.
A ne pas manquer : Une promenade bien agréable et fraîche sur le "Sentier des Cascades". Au cour d'une balade de 4 kilomètres, aux abords d'un ruisseau dont le sentier reste frais et ombragé par ces chaudes après-midis d'été, vous découvrirez avec émerveillement les cascades de Creissels ou dîtes de l'Homède. Ces cascades prennent leur source sur les corniches du Larzac. Cependant on ne soupçonne aucunement leur existence en flanant dans les rues du village médiéval de Creissels, et encore moins le fait que leur route continue en contrebas du village pour se jeter à nouveau en cascade dans le Tarn.
NAJAC ET SON CHATEAU EN AVEYRONBeaux villages
Un des plus beaux villages de l'Aveyron. La forteresse royale de Najac fut construite en 1253 par Alphonse de Poitiers, frère de Saint Louis, sur les bases d'un ancien château (tour carrée) construit en 1100 par Bertrand de Saint-Gilles, fils de Raymond IV, comte de Toulouse. A cette époque, le village, un bourg castral, se blottit au pied du château qui assure la défense de la vallée. Le mariage des deux châteaux en fait un chef-d'œuvre de l'architecture militaire du XIIIe siècle. Les archères de 6,80 m, uniques au monde permettent le tir de trois archers à la fois. Un couloir secret allait même jusqu'à relier la tour romane à la chapelle du donjon. On comprend alors qu'avec un donjon dominant de 200 m la boucle de l'Aveyron , détenir Najac équivalait à détenir la clé de tout le pays. Son passé prestigieux côtoie les grands moments de l'Histoire : la première occupation anglaise, la campagne contre les Albigeois, la guerre de Cent ans, l'emprisonnement des Templiers, la révolte des Croquants, sans oublier la Révolution française. Après avoir été transformé en carrière de pierre au XIXe siècle, il a été sauvé de la ruine par la famille Cibiel et est aujourd'hui ouvert à la visite. Vidéo diffusée par : Cap Sud Ouest
AUBRAC, LE PARADIS DES MARCHEURSBeaux villages
Aubrac, à 1350 m d’altitude, tire son nom de «Alto Braco», qui veut dire «lieu élevé». Malgré cette position que l’on pourrait croire peu favorable, son histoire est riche en rebondissements. A l’aube du XIIème siècle, le plateau de l’Aubrac était livré à une exploitation pastorale plus ou moins incontrôlée. La conséquence en était un appauvrissement général, se traduisant par la présence de landes relativement désertes. La légende dit que l’on y trouvait surtout des voleurs et bandits. Ceux-ci détroussaient les pèlerins venant du Puy-en-Velay et qui utilisaient l’ancienne voie romaine appelée Via Agrippa, menant Lyon à Bordeaux et Toulouse, en passant par Javols, en terre de Peyre, et Rodez , pour se rendre au sanctuaire de Saint-Jacques de Compostelle en Espagne. Ce pèlerinage avait pris un essor dès le Xème siècle. Les difficultés liées au climat et à l’insécurité de la traversée du plateau, conduisirent un dénommé Adalard d’origine flamande à fonder vers 1120, au voisinage le plus élevé, un monastère hôpital destiné à accueillir, servir et soigner toutes sortes de gens passant par là. Un puissant asile se développa rapidement. Les multiples aléas de l’histoire le déferont et le reconstruiront. La révolution française démantèlera cet ensemble colossal. L’ampleur de l’hospitalité permettait de distribuer jusqu’à 5 000 pains par jour et d’héberger simultanément 500 personnes. Pour assurer une telle intendance, la Dômerie gérait une multitude de granges et métairies alimentant cette maison, suivant la charte de la fondation. Avec Roncevaux dans les Pyrénées, Aubrac est un des rares exemples d’hospitalités de ce genre, « le Saint Bernard de la France » Chateaubriand. Malheureusement, les nombreuses destructions ont laissé peu de vestiges. On pourra cependant admirer le style de l’église de Notre Dame des Pauvres, de la Tour des Anglais ou de la maison des gardes forestiers. Outre les vestiges de la Domerie, on peut visiter. . .
BELCASTEL : UN DES PLUS BEAUX VILLAGES DE FRANCEBeaux villages
Un site naturel d'exception Situé au bord de la rivière aveyron , Belcastel est aujourd'hui un des plus beaux villages de France. Cerné de pentes boisées et superbement circonscrit par le relief, ses maisons s'étagent au pied de l'imposant château fort. Hier avec un patrimoine quasi à l'abandon, Belcastel vit aujourd'hui une deuxième jeunesse. Cela, le village le doit à Fernand Pouillon, architecte mondialement connu qui, de 1975 à 1982, mit son talent et sa passion pour réhabiliter le château du XIIe siècle. parallèlement, s'effectue la remise en valeur de tout un patrimoine : métiers à ferrer, four banal, vieilles maisons du Xe au XVIIIe siècle… Belcastel sort de ses ruines et prend un nouvel essor pour devenir un des points forts touristiques de l'Aveyron. Château fort et site du roc d'anglards En plus de son château restauré, Belcastel dispose de bien d'autres richesses, la qualité architecturale de son vieux bourg tout d'abord, son église avec le tombeau d'Alzias de Saunhac, baron du village, son vieux pont datant du XVe siècle, mais aussi le site du roc d'anglards. Motte féodale, ce rocher était coiffé jadis par les ruines d'un fortin qui constituait l'avant poste fortifié du château. avec la volonté de sauver de l'oubli ce témoin du passé, la municipalité a décidé de rénover cet ouvrage. A visiter absolument ! Les caves, les escaliers taillés à même le roc ont été dégagés, laissant apparaître 'feuilles de fougères' ou 'arêtes de poissons' qui semblent indiquer que cet édifice serait contemporain du premier château de Belcastel datant des Xe et XIe siècle. De plus, ce site, avec sa grotte du Lourdou, offre une vue incomparable sur la vallée sauvage de l'aveyron qui serpente majestueusement une centaine de mètres en contrebas. Vidéo diffusée par : Cap Sud Ouest
PEYRUSSE LE ROC, VILLAGE MEDIEVAL DE L'AVEYRONBeaux villages
L'ampleur et la splendeur de ce Site Médiéval donneront aux visiteurs des sensations inoubliables : la sévérité des murailles contraste avec la beauté et la luxuriante végétation. Le site vous révélera un univers inchangé depuis le XVIIIème siècle. Le château se dresse sur un piton rocheux et surplombe la rivière de l'Audierne qui coule dans la vallée encaissée. Il ne reste seulement aujourd'hui que ces deux tours qui semblent toujours fouiller impérieusement l'horizon. Du haut du Roc, il vous sera aisé de comprendre la disposition d'un habitat qui comptait 700 maisons au XIIIème siècle. Toujours du même lieu, vous pourrez apprécier l'étendue des 10 hectares de Pétrucia avec ses monuments moyenâgeux accessibles grâce au chemin balisé qui vous conduira vers les différentes bâtisses. Lorsque vous atteindrez le fond de la vallée, il vous suffira de longer la rivière de l'Audieme qui s'écoule entre les rochers dans un environnement pittoresque recelant des curiosités séculaires tel que le remarquable pont du Paraire. Vous admirerez le caractère monumental qui évoque la hardiesse des bâtisseurs dont les œuvres se délitent. Ce lieu mythique parvenu jusqu'à nous fut une cité prospère, chef-lieu d'un bailliage important au XIIIème siècle qui étendait sa juridiction sur une centaine de paroisses en Rouergue. Elle fut, pendant cette période, gouvernée par le procureur du Roi et ses quatre consuls. En 1719, Peyrusse perdit son titre de chef-lieu de Bailliage Royal. Malgré des siècles d'abandon, Pétrucia conserve ses principaux monuments en place. La végétation l'a protégée des destructions habituelles. Son Roc tutélaire signalera jusqu'à la fin des temps, les lumières et les ombres de la ville qui ne veut pas mourir. HISTOIRE : Contrairement à une légende locale qu'on retrouve dans d'autres villages de France, Jules César n'a jamais parlé de Peyrusse. Pépin le Bref, après la diète de Bourges, chercha à se rendre maître de la personne. . .
SAINT COME D'OLT EN AVEYRONBeaux villages
Le village médiéval de Saint-Côme-d'Olt est classé parmi les plus beaux villages de France. Au pied des contreforts de l'Aubrac et non loin des grands causses , la cité est une étape appréciée et reconnue sur le chemin de St-Jacques de Compostelle. Saint-Côme-d'Olt est une cité de type médiéval possédant un tour de ville (vestiges d'anciens fossés) et d'anciennes demeures baties aux alentours des XVe et XVIe siècles. Trois portes fortifiées donnent accès au cœur du village dont le centre est représenté par l'église gothique bâtie entre 1522 et 1532 et dont le clocher flammé constitue une curiosité. Cette église possède aussi deux magnifiques portes en chêne classées monuments historiques. Située dans le quartier de la bouïsse, la chapelle des pénitents fût au temps des croisades la première église du bourg. A découvrir également : La tour du greffe, le manoir des sires de Calmont (Mairie actuelle), la maison d'Armagnac, la coulée de lave de roquelaure ... Extrait du reportage sur Saint-Côme-d'Olt diffusé par France2 le 4 janvier 2017 : Retrouvez ce reportage dans son intégralité ici : LE GOÛT DU TARN ET DE L'AVEYRON
STE EULALIE DE CERNON ET SA COMMANDERIE MEDIEVALE Beaux villages
Contrairement à ses dépendances, Sainte Eulalie n'est pas située sur le plateau du Larzac , mais dans une verdoyante vallée, celle du Cernon. Sainte Eulalie présente deux ensemble encore intacte : l'enceinte des murailles élevée par les hospitaliers au XVème siècle et le château des templiers construit par les hospitaliers (toujours au Xvème) qui a précédé la construction des fortifications de la ville. Les murailles de la ville mesurent entre onze et douze mètres de hauteur tandis que les tours ont elle une hauteur de vingt mètres et sont couronnées de mâchicoulis. Sur la place, à l'emplacement de l'ancien cimetière des templiers se tient la fontaine qui est l'œuvre du commandeur Jean de Bermouy-Villeneuve au milieu du XVIIème siècle. Intégrée au Parc Naturel Régional des Grands Causses , Sainte Eulalie de Cernon se niche sur les contreforts du plateau du Larzac. L’aridité du plateau calcaire fait place à une vallée où cohabitent une flore exceptionnelle et une faune variée. Le site est occupé depuis la Préhistoire, comme en témoignent les vestiges gallo-romains, le site archéologique du Puech ou encore le dolmen des Rafenes. Le village a connu son essor grâce à l'administration des Templiers (1152 - 1307), puis des Hospitaliers jusqu’en 1792. C’est à eux que l’on doit la construction de l’église, de la Commanderie, l’édification des remparts ou encore l’adduction d’eau… En plus de l’architecture du site, ces hommes ont marqué l'économie du village en favorisant l'élevage. Le pastoralisme joue toujours un rôle important avec la production de lait pour Roquefort. On compte pas moins de 6000 brebis pour environ 250 habitants sur 5000 ha. Le village clos de murailles a conservé ses ruelles étroites et de nombreux passages couverts. Sur la place, face à la commanderie, vous pourrez vous rafraîchir autour de la fontaine ombragée érigée au XVIIème siècle et découvrir la magnifique église en partie romane (chapelle gothique et portail baroque). Un. . .
NAUCELLE, VILLAGE AU COEUR DU SEGALABeaux villages
Situé au cœur du Ségala, Naucelle est un bourg commerçant est classé Station verte de Vacances. La région du Naucellois regroupe une dizaine de communes rurales au "Pays des 100 vallées". la belle place à arcades de ce bourg pittoresque ainsi que les maisons à pans de bois montrent que ce village est considéré parmi les villages de caractère de l'Aveyron. Nova Cella (son ancienne nomination) fut créée par des moines cisterciens de l'abbaye de Bonnecombe qui rayonnèrent sur le Bas Ségala au XIIe siècle. En 1427, 32 notables, avec l'accord de l'abbé de Bonnecombe, Hugues de Castelpers, construisirent des remparts. Dans la bourgade, la rue du Four a conservé ses anciennes demeures. Des fortifications, il ne reste que la porte des Anglais du XVe siècle. Histoire Naucelle fut créée par les moines de l'abbaye cistercienne de Bonnecombe (Aveyron). Il s'installèrent dès le XIIième siècle à Bonnefon dont la grange rayonna sur le Bas Ségala pendant 6 siècles. L'essor de Naucelle fut longtemps freiné par la proximité de la Bastide Royale de Sauveterre de Rouergue qui concentrait tous les pouvoirs. Cette situation perdura jusqu'à l'arrivée de la voie de chemin de fer qui laissa Sauveterre de coté, pour établir une gare à 2 kilomètres du centre de Naucelle au lieu dit la baraque de Merlin aujourd'hui Naucelle-Gare. Autour du bourg on peut encore admirer quelques vestiges des fortifications détruites au XVIIIième siècle avec la porte des anglais (XVième siècle) et les deux tours flanquant l'église saint-Martin. Celle-ci fut construite en 1254 par les religieux de Bonnecombe et fut remaniée au cours du XVième siècle. L'édifice renferme un mobilier intéressant : crucifixion et statues anciennes en bois polychrome, tabernacle d'un retable du 17ième siècle, et un grand orgue fabriqué dans l'atelier de Jean DALDOSSO, à Gimont dans le Gers. C'est un orgue italien de seize jeux et 945 tuyaux (1999). L'aspect médiéval du village. . .
LA VINZELLE, A LA CONFLUENCE DU LOT ET DU DOURDOUBeaux villages
Le hameau de La Vinzelle est situé dans l'Aveyron à la limite du département du Cantal, sur la rive droite du Lot, à la confluence du Dourdou. L'étymologie de son nom viendrait des deux mots latins "vinum" (vin) et "cella" (cave), ce qui indiquerait une très ancienne pratique viticole sur ces terres. La Vinzelle fut un bourg important au Moyen âge et était une étape sur la route de Saint-Jacques de Compostelle. Il avait pour co-seigneurs le prince de Monaco et le commandeur de Narbonne. Un château occupait l'emplacement actuel du clocher de l'église. Il disparut au XVIe siècle au cours des guerres de religion. La Vinzelle est aujourd'hui un hameau typique avec ses habitats traditionnels en toit de lauzes. Eglise de La Vinzelle Eglise bâtie au XVe siècle. Elle présente un portail à fronton du XVIe siècle avec des têtes sculptées. A l'intérieur, sont présents un reliquaire du XVe siècle et une croix processionnelle du XVIIIe siècle. Clocher de La Vinzelle. Ce clocher fut construit à la fin du XIXe siècle pour accueillir la cloche de 1250 kilos, offerte en 1870 par Jean Ouillades et baptisée par le Cardinal de Rodez. Ce paroissien de La Vinzelle fit ce don pour expier ses péchés. L'emplacement initial de la cloche était prévu dans l'église, mais elle faisait tellement de bruit qu'on décida de construire un clocher indépendant. Retrouvez d'autres photos sur le site : www.lavinzelle.fr
MARCILLAC VALLON: VILLAGE ET VIGNOBLEBeaux villages
Capitale du Vallon qui porte son nom, Marcillac se blottit autour de sa belle église du XIV° siècle à l'imposant clocher octogonal de grès rouge, qui donne tant de caractère à l'architecture de la ville. A l'intérieur du boulevard commerçant, qui occupe l'emplacement des anciens remparts, la vieille ville (site classé) abonde de maisons anciennes, avec leurs encorbellements, sculptures, fenêtres à meneaux, portes de caves. A noter également, une ancienne tour de guêt. Le "Pont Rouge", vestige d'une voie-ferrée industrielle, témoigne de l'exploitation des mines de fer de Montdalazac au siècle dernier et du lien qu'il existait entre Marcillac et Decazeville. "Marcillac" est aussi le nom d'un vin A.O.C. issu d'un vignoble plus que millénaire. Le vigneron du monument au morts, les terrasses de vignes du côteau ou, plus encore, les superbes manoirs et maisons de vignes des vallées de Grand Combe et du Cruou nous le rappellent. Extrait du reportage sur Marcillac vallon diffusé par France2 le 4 janvier 2017 : Retrouvez ce reportage dans son intégralité ici : LE GOÛT DU TARN ET DE L'AVEYRON
 
Haut de page
Hôtel du Lion d'Or - 12140 Entraygues-sur-Truyère
Tel : 05 65 44 50 01 - Fax : 05 65 44 55 43
E-mail : hotel.lion.or@free.fr
Copyright © HOTEL-LION-OR.COM 2022
2 0