Pays d'Entraygues situé dans le Nord Aveyron - France
 
Balades sportives dans les sentiers et chemins de l'Aveyron
 
Une gastronomie aux saveurs de terroir - Aveyron
 
Entraygues, cité aux nombreux vestiges moyenâgeux - France
 
 
 
 
Actualités en Aveyron
ESTAING : HISTOIRE D'UNE FAMILLEBeaux villages
Village médiéval classé et protégé par les Monuments Historiques (château du XV°, pont gothique du XVI° classé au patrimoine mondial de l'UNESCO, église du XV°, chapelle du XII°), Estaing fait partie des 149 « plus beaux villages de France », et constitue également une des grandes étapes sur le chemin central du pèlerinage de Saint Jacques de Compostelle. Estaing est aussi le point d'origine d'une des grandes familles de l'Histoire de France, qui a donné des représentants illustres à l'Etat, à l'Armée et à l'Eglise pendant près de 10 siècles, avant de disparaître à la Révolution. Un des plus beaux villages de l'Aveyron Cité médiévale des plus pittoresques située dans le nord de l'Aveyron, Estaing se positionne à l'entrée des gorges du lot, au pied des monts d'aubrac , et offre un paysage de terrasses. Le bourg d'Estaing, est juché au détour d'un chemin, sur un éperon rocheux. En son centre, la masse imposante du château et son fier donjon carré, rappelle l'importance qu'a tenu cette bourgade au fil des siècles. Si l'on commence à voir apparaître le nom d'Estaing dans de vieux parchemins vers 890, ce n'est qu'après l'an mil que l'histoire retiendra le nom de ce village. Grâce notamment à tous les seigneurs qui porteront haut et loin le nom de la cité. Les d'Estaing participèrent en effet aux destinées du royaume et de l'eglise, jusqu'en 1789. Chevalier, cardinal, évêque, vice-amiral : autant de figures de cette illustre famille qui ont posé leurs empreintes sur leur époque et sur l'Histoire. L'église Saint-Fleuret construite sur les vestiges d'un prieuré roman du XI° siècle, date du XV°. Dédiée à Saint-Fleuret , patron de la ville, ancien évêque de Clermont, mort à Estaing en 620. L'église renferme ses reliques. Découvrez le pont gothique d'Estaing avec la statue de François d'Estaing, évêque de Rodez , qui fit construire le pont de 1501 à 1529. Sur le pont, un symbole aveyronnais majeur,. . .
SAINT ROME DE TARN ET LA CASCADE DES BAUMESBeaux villages
Entouré par les communes de Les Costes-Gozon, Saint-Rome-de-Cernon et Montjaux, Saint-Rome-de-Tarn est une commune du parc naturel régional des Grands Causses située à 15 km au Nord-Est de Millau la plus grande ville des environs. Situé à 390 mètre d'altitude, La rivière le tarn est le principal cours d'eau qui traverse le village de Saint-Rome-de-Tarn. L'histoire connue de Saint Rome de Tarn remonte au Vème siècle, lors de l'évangélisation du Rouergue par Saint Amans, Prélat de Rodez . Au Xème siècle, la population doit soutenir les assauts des envahisseurs, construire un château fort dit "de la Tour grosse", des remparts dont il subsiste de nos jours une série de portes fortifiées. Les vestiges du pont du XIème siècle sont encore en partie visibles. Ruiné lors des guerres de religion, le bourg est peu à peu reconstruit, gardant ses enceintes fortifiées mais s'ouvrant aussi sur les faubourgs où logeait tout un petit peuple d'artisans. Implanté au flanc des coteaux de "Carmes" et des "Espeyrières", le village bénéficie d'un micro-climat méditerranéen permettant la culture de la vigne (autrefois sa principale ressource) et des arbres fruitiers. Le Tarn, large et pittoresque à St Rome, s'enfonce dans le défilé des Raspes. Les Raspes : rochers de schiste noir abrupts, couverts de genêts d’or et de châtaigniers glissants dans l’eau miroir d’une rivière que vous pourrez découvrir par les sentiers qui se faufilent entre ciel et eau offrant de magnifiques panoramas. Le Château de St-Rome de Tarn L’actuel château fut construit par Alphonse Dejean en 1866. Il demeure dans le village plusieurs maisons seigneuriales intéressantes mais dont l’historique n’est pas connu et dont une aurait été l’hôtel particulier des seigneurs. Saint Rome relevait de la vicomté de Creissels , et aurait appartenu à la famille de Saint Maurice, qui l’apporta ensuite aux d’Auriac et aux de Mostuéjouls. En 1392, la communauté du bourg. . .
LA CAVALERIE, CITE TEMPLIERE ET HOSPITALIEREBeaux villages
La Cavalerie, carrefour historique et village étape du Larzac , possède un riche patrimoine légué par les Templiers et Hospitaliers du XIIème à 1445, date à laquelle furent érigées les fortifications. Ces fortifications viennent de connaître une importante réhabilitation nécessitant 12 ans de travaux, lui valant en 2009 une reconnaissance nationale à travers 2 prix : le 1er prix national des Rubans du Patrimoine et la Marianne d'Or. Implantée au coeur du Larzac à proximité immédiate du Grand Viaduc de Millau, desservie par l'A75 (sortie 47), au carrefour de deux grandes voies de circulation, le plateau du Larzac de type karstique fait partie des "Grands Causses " adossé au flanc sud du Massif Central. Terre marquée par l'histoire au point de rencontre des bassins de Millau, Saint-Affrique et Roquefort. La Cavalerie fait partie du Grand Site Midi Pyrénées, Viaduc de Millau au titre du circuit Templier et Hospitalier du Larzac. HISTORIQUE Situé au nord du plateau du Larzac , La Cavalerie a été créé au XIIe siècle par les Templiers de la commanderie de Sainte-Eulalie, installés sur le plateau du Larzac dès 1152. Cavalaria en occitan, désignant les chevaliers du Temple ! Ces deniers s'installent d'abord à un kilomètre et demi du village actuel, en bordure de la route principale qui traverse le Larzac , appelée « cami romieu », la route des pèlerins au lieu-dit Lestrade. Suite à un conflit avec la ville de Millau, les Templiers construisent un nouveau village sur le site actuel en obligeant les populations à s'y installer. Autour de 1180 apparaît la mention de l'église Sainte-Marie de La Cavalerie. L'église Sainte-Marie était incluse dans la " maison " les Templiers de Sainte-Eulalie à La Cavalerie. Elle comprenait une série de bâtiments autour d'une petite cour intérieure : église avec son cimetière, logis, tour carrée, et bâtiments agricoles, accessibles par une porte. Le village va se développer aux abords de cette bâtisse.. . .
PLUS BEAUX VILLAGES DE FRANCE : L'AVEYRON N°1 NATIONALBeaux villages
Le label des « Plus beaux villages de France » a été crée en 1982 par Charles Ceyrac, maire corrézien de Collonges-la-rouge, et regroupe aujourd’hui 149 villages en France – dont 10 en Aveyron – au terme d’une sélection stricte. Pour se voir décerner l’appellation, un village candidat doit en effet souscrire à plusieurs engagements : - Compter moins de 2000 habitants - Posséder 2 monuments classés - Disposer d’un patrimoine et d’un environnement de grande qualité. L'Aveyron, premier de sa classe, compte 10 villages labellisés : Belcastel , Conques , Estaing , St Côme d'olt , Ste Eulalie d'olt , Najac , Sauveterre , Brousse-le-Château , Peyre et La Couvertoirade . L'Aveyron, territoire préservé et chargé d'histoire saura vous séduire...
AUBRAC, LE PARADIS DES MARCHEURSBeaux villages
Aubrac, à 1350 m d’altitude, tire son nom de «Alto Braco», qui veut dire «lieu élevé». Malgré cette position que l’on pourrait croire peu favorable, son histoire est riche en rebondissements. A l’aube du XIIème siècle, le plateau de l’Aubrac était livré à une exploitation pastorale plus ou moins incontrôlée. La conséquence en était un appauvrissement général, se traduisant par la présence de landes relativement désertes. La légende dit que l’on y trouvait surtout des voleurs et bandits. Ceux-ci détroussaient les pèlerins venant du Puy-en-Velay et qui utilisaient l’ancienne voie romaine appelée Via Agrippa, menant Lyon à Bordeaux et Toulouse, en passant par Javols, en terre de Peyre, et Rodez , pour se rendre au sanctuaire de Saint-Jacques de Compostelle en Espagne. Ce pèlerinage avait pris un essor dès le Xème siècle. Les difficultés liées au climat et à l’insécurité de la traversée du plateau, conduisirent un dénommé Adalard d’origine flamande à fonder vers 1120, au voisinage le plus élevé, un monastère hôpital destiné à accueillir, servir et soigner toutes sortes de gens passant par là. Un puissant asile se développa rapidement. Les multiples aléas de l’histoire le déferont et le reconstruiront. La révolution française démantèlera cet ensemble colossal. L’ampleur de l’hospitalité permettait de distribuer jusqu’à 5 000 pains par jour et d’héberger simultanément 500 personnes. Pour assurer une telle intendance, la Dômerie gérait une multitude de granges et métairies alimentant cette maison, suivant la charte de la fondation. Avec Roncevaux dans les Pyrénées, Aubrac est un des rares exemples d’hospitalités de ce genre, « le Saint Bernard de la France » Chateaubriand. Malheureusement, les nombreuses destructions ont laissé peu de vestiges. On pourra cependant admirer le style de l’église de Notre Dame des Pauvres, de la Tour des Anglais ou de la maison des gardes forestiers. Outre les vestiges de la Domerie, on peut visiter. . .
CASTELNAU-PEGAYROLS, VILLAGE MEDIEVAL DE L'AVEYRONBeaux villages
Accroché sur le versant sud du plateau du Lévézou, ce village considéré parmi les villages de caractère de l'Aveyron domine de ses 800 mètres le magnifique paysage de la vallée de la Muse et un immense panorama sur les Causses qui s'étend à perte de vue, des Cévennes à la Montagne Noire. Le village de grès rose, bâti en forteresse autour de son château , est resté quasiment intact derrière ses remparts. Le château, l'un des plus anciens châteaux forts du Rouergue, les deux églises à la grandiose simplicité et le magnifique prieuré sont des témoins de la splendeur de l'art roman. La commune de Castelnau est composée de 3 villages, Castelnau, Estalane et Castelmus, et de fermes isolées. Un étonnant ensemble hydraulique du Moyen-Age alimentait Castelnau en eau, contrôlait l'irrigation des champs et surtout faisait fonctionner trois moulins. Il a été classé en 1996, par le World Monument Watch, parmi les cents monuments mondiaux à protéger. Il est actuellement en cours de restauration. Couronné de son château féodal , le bourg médiéval de Castelnau, au pittoresque lacis de vieilles rues et de maisons anciennes, encore enclos de son enceinte flanquée de tours, réserve à l'amateur d'art et d'histoire, la découverte d'un riche patrimoine architectural. L'HISTOIRE La situation de Castelnau, posé sur un contrefort du Lévézou, verrouillant la vallée de la Muse et dominant la plus grande partie du pays alentour, permet de comprendre quelle fut jadis l'importance militaire de cette place forte (castrum) toujours jalousement gardée. En sept siècles, du XIème au XVIIème date de la fin des guerres de religion en Rouergue, elle ne changea qu'une seule fois de maître, par la force des armes. Les seigneurs de Castelnau furent assez hauts personnages pour marquer de leur puissance non seulement l'histoire de leur pays, mais bien souvent l'histoire de France. La famille De Lévézou, aujourd'hui l'une des. . .
LA FORTERESSE MEDIEVALE DE CAPDENAC-LE-HAUT Beaux villages
Située à une poignée de kilomètres de Figeac , la forteresse médiévale de Capdenac-le-Haut s’étire le long d’un rocher en forme de presqu’île, surplombant de plus de 110 mètres un méandre du Lot. Si le village reste marqué par son passé médiéval, il figure en bonne place parmi les oppida du Quercy, prétendant au titre «d’Uxellodunum», siège de la dernière bataille gauloise menée par César. Uxellodunum, qui signifie en latin : "hauteur fortifiée", fût le théâtre de la dernière résistance gauloise à l'envahisseur romain. Uxellodunum était une ville gauloise et son siège une fois terminé marqua la fin de la guerre des Gaules en 51 av. J.C. Situé à la limite de deux départements le Lot et l'Aveyron, en Quercy, Capdenac le haut est aussi aux portes du Rouergue. Depuis le début d'année 2011 Capdenac-Le-Haut a été labellisé "Plus Beaux Villages de France " Habité depuis le néolithique, le site de Capdenac-le-Haut est une ancienne forteresse gallo-romaine et une ville médiévale majeure du Quercy. La visite de Capdenac-le-Haut Capdenac-le-Haut est perché sur un rocher en forme de presqu'île, dominant la vallée du Lot. Son exceptionnel patrimoine architectural atteste d'un passé riche et dynamique que nous vous invitons à le découvrir sur place à l'aide du guide de visite les "Clefs de Capdenac-Le-Haut". Ce guide vous est offert à l'Office de Tourisme, au donjon, un des points d'accueil de l'Office de Tourisme du Pays Sous les remparts de Capdenac-le-Haut, se trouvent la fontaine gauloise et la fontaine de César. A l'autre extrémité du village, la fontaine troglodytique dite des "Anglais" est accessible depuis la place Saint-Andrieu. Le code d'accès est fourni à l'Office de Tourisme avec le ticket de visite du Donjon. Le Donjon du XIVème siècle vous accueille à l'entrée du village. Il abrite l'Office de Tourisme au rez-de chaussée. Au premier étage, se trouve une exposition de pièces découvertes sur le site. Les terrasses présentent. . .
LA VINZELLE, A LA CONFLUENCE DU LOT ET DU DOURDOUBeaux villages
Le hameau de La Vinzelle est situé dans l'Aveyron à la limite du département du Cantal, sur la rive droite du Lot, à la confluence du Dourdou. L'étymologie de son nom viendrait des deux mots latins "vinum" (vin) et "cella" (cave), ce qui indiquerait une très ancienne pratique viticole sur ces terres. La Vinzelle fut un bourg important au Moyen âge et était une étape sur la route de Saint-Jacques de Compostelle. Il avait pour co-seigneurs le prince de Monaco et le commandeur de Narbonne. Un château occupait l'emplacement actuel du clocher de l'église. Il disparut au XVIe siècle au cours des guerres de religion. La Vinzelle est aujourd'hui un hameau typique avec ses habitats traditionnels en toit de lauzes. Eglise de La Vinzelle Eglise bâtie au XVe siècle. Elle présente un portail à fronton du XVIe siècle avec des têtes sculptées. A l'intérieur, sont présents un reliquaire du XVe siècle et une croix processionnelle du XVIIIe siècle. Clocher de La Vinzelle. Ce clocher fut construit à la fin du XIXe siècle pour accueillir la cloche de 1250 kilos, offerte en 1870 par Jean Ouillades et baptisée par le Cardinal de Rodez. Ce paroissien de La Vinzelle fit ce don pour expier ses péchés. L'emplacement initial de la cloche était prévu dans l'église, mais elle faisait tellement de bruit qu'on décida de construire un clocher indépendant. Retrouvez d'autres photos sur le site : www.lavinzelle.fr
SAINT COME D'OLT EN AVEYRONBeaux villages
Le village médiéval de Saint-Côme-d'Olt est classé parmi les plus beaux villages de France. Au pied des contreforts de l'Aubrac et non loin des grands causses , la cité est une étape appréciée et reconnue sur le chemin de St-Jacques de Compostelle. Saint-Côme-d'Olt est une cité de type médiéval possédant un tour de ville (vestiges d'anciens fossés) et d'anciennes demeures baties aux alentours des XVe et XVIe siècles. Trois portes fortifiées donnent accès au cœur du village dont le centre est représenté par l'église gothique bâtie entre 1522 et 1532 et dont le clocher flammé constitue une curiosité. Cette église possède aussi deux magnifiques portes en chêne classées monuments historiques. Située dans le quartier de la bouïsse, la chapelle des pénitents fût au temps des croisades la première église du bourg. A découvrir également : La tour du greffe, le manoir des sires de Calmont (Mairie actuelle), la maison d'Armagnac, la coulée de lave de roquelaure ... Extrait du reportage sur Saint-Côme-d'Olt diffusé par France2 le 4 janvier 2017 : Retrouvez ce reportage dans son intégralité ici : LE GOÛT DU TARN ET DE L'AVEYRON
VILLENEUVE D'AVEYRON, LA PURE SIMPLICITE D'UNE BASTIDE MEDIEVALEBeaux villages
Villeneuve - avec Najac , Villefranche-de-Rouergue , Sauveterre-de-Rouergue , et La Bastide-l'Évêque - est l'une des cinq bastides (des « villes neuves » médiévales caractérisées par un plan d’urbanisme novateur) du département, toutes situées à l'ouest, près du département voisin du Lot. Ces bastides furent construites aux XIIIe et XIVe siècles pour faire face à la forte croissance démographique dans la région du Sud-Ouest à cette époque (on en construisit 315 dans une période de 150 ans, entre 1229 et 1373). Histoire Villeneuve, en occitan : Vilanòva. Villeneuve doit sa naissance au pèlerinage sur les Lieux Saints, à Jérusalem, que fit le seigneur du lieu, Ozile de Morlhon, soucieux du salut de son âme et de celle de ses ancêtres, qui, dans un acte de donation rédigé à Jérusalem offrit au Patriarche Sophronius de construire, sur ses terres « rougeâtres » de l' Aveyron, près de Mauriac, un monastère fonctionnant sous la règle du Saint-Sépulcre et pour lequel le Patriarche recevrait tous les ans un bezan d’or. C’était en fait la fondation de ce qui allait devenir plus tard Villeneuve. En 1072, les Turcs ayant envahi Jérusalem et Ozile étant mort, son fils Raoul de Morlhon donna le monastère encore en construction à l’abbaye de Moissac, elle-même rattachée à Cluny. Le prieur Déodat, en accord avec l’évêque de Rodez Bérenger achevait la construction du monastère et les deux autorités s’accordèrent pour édifier l’église dédiée au Saint-Sépulcre. L’évêque de Rodez , agissant en seigneur du lieu allait y instituer un marché et créer une sauveté pour favoriser le développement du peuplement. Après les péripéties de la Croisade des Albigeois, Simon de Monfort dépouillait la famille de Morlhon de tous ses droits et donnait Villeneuve à l’évêque de Rodez. En 1231, Raymond VII, comte de Toulouse et de Rouergue, réussit, après échange, à reprendre le contrôle de ce fief, qui allait alors devenir une bastide comtale. Villeneuve est la première bastide du Rouergue.. . .
 
Haut de page
Hôtel du Lion d'Or - 12140 Entraygues-sur-Truyère
Tel : 05 65 44 50 01 - Fax : 05 65 44 55 43
E-mail : hotel.lion.or@free.fr
Copyright © HOTEL-LION-OR.COM 2022
2 0