Pays d'Entraygues situé dans le Nord Aveyron - France
 
Balades sportives dans les sentiers et chemins de l'Aveyron
 
Une gastronomie aux saveurs de terroir - Aveyron
 
Entraygues, cité aux nombreux vestiges moyenâgeux - France
 
 
 
 
Actualités en Aveyron
PEYRUSSE LE ROC, VILLAGE MEDIEVAL DE L'AVEYRONBeaux villages
L'ampleur et la splendeur de ce Site Médiéval donneront aux visiteurs des sensations inoubliables : la sévérité des murailles contraste avec la beauté et la luxuriante végétation. Le site vous révélera un univers inchangé depuis le XVIIIème siècle. Le château se dresse sur un piton rocheux et surplombe la rivière de l'Audierne qui coule dans la vallée encaissée. Il ne reste seulement aujourd'hui que ces deux tours qui semblent toujours fouiller impérieusement l'horizon. Du haut du Roc, il vous sera aisé de comprendre la disposition d'un habitat qui comptait 700 maisons au XIIIème siècle. Toujours du même lieu, vous pourrez apprécier l'étendue des 10 hectares de Pétrucia avec ses monuments moyenâgeux accessibles grâce au chemin balisé qui vous conduira vers les différentes bâtisses. Lorsque vous atteindrez le fond de la vallée, il vous suffira de longer la rivière de l'Audieme qui s'écoule entre les rochers dans un environnement pittoresque recelant des curiosités séculaires tel que le remarquable pont du Paraire. Vous admirerez le caractère monumental qui évoque la hardiesse des bâtisseurs dont les œuvres se délitent. Ce lieu mythique parvenu jusqu'à nous fut une cité prospère, chef-lieu d'un bailliage important au XIIIème siècle qui étendait sa juridiction sur une centaine de paroisses en Rouergue. Elle fut, pendant cette période, gouvernée par le procureur du Roi et ses quatre consuls. En 1719, Peyrusse perdit son titre de chef-lieu de Bailliage Royal. Malgré des siècles d'abandon, Pétrucia conserve ses principaux monuments en place. La végétation l'a protégée des destructions habituelles. Son Roc tutélaire signalera jusqu'à la fin des temps, les lumières et les ombres de la ville qui ne veut pas mourir. HISTOIRE : Contrairement à une légende locale qu'on retrouve dans d'autres villages de France, Jules César n'a jamais parlé de Peyrusse. Pépin le Bref, après la diète de Bourges, chercha à se rendre maître de la personne. . .
VILLENEUVE D'AVEYRON, LA PURE SIMPLICITE D'UNE BASTIDE MEDIEVALEBeaux villages
Villeneuve - avec Najac , Villefranche-de-Rouergue , Sauveterre-de-Rouergue , et La Bastide-l'Évêque - est l'une des cinq bastides (des « villes neuves » médiévales caractérisées par un plan d’urbanisme novateur) du département, toutes situées à l'ouest, près du département voisin du Lot. Ces bastides furent construites aux XIIIe et XIVe siècles pour faire face à la forte croissance démographique dans la région du Sud-Ouest à cette époque (on en construisit 315 dans une période de 150 ans, entre 1229 et 1373). Histoire Villeneuve, en occitan : Vilanòva. Villeneuve doit sa naissance au pèlerinage sur les Lieux Saints, à Jérusalem, que fit le seigneur du lieu, Ozile de Morlhon, soucieux du salut de son âme et de celle de ses ancêtres, qui, dans un acte de donation rédigé à Jérusalem offrit au Patriarche Sophronius de construire, sur ses terres « rougeâtres » de l' Aveyron, près de Mauriac, un monastère fonctionnant sous la règle du Saint-Sépulcre et pour lequel le Patriarche recevrait tous les ans un bezan d’or. C’était en fait la fondation de ce qui allait devenir plus tard Villeneuve. En 1072, les Turcs ayant envahi Jérusalem et Ozile étant mort, son fils Raoul de Morlhon donna le monastère encore en construction à l’abbaye de Moissac, elle-même rattachée à Cluny. Le prieur Déodat, en accord avec l’évêque de Rodez Bérenger achevait la construction du monastère et les deux autorités s’accordèrent pour édifier l’église dédiée au Saint-Sépulcre. L’évêque de Rodez , agissant en seigneur du lieu allait y instituer un marché et créer une sauveté pour favoriser le développement du peuplement. Après les péripéties de la Croisade des Albigeois, Simon de Monfort dépouillait la famille de Morlhon de tous ses droits et donnait Villeneuve à l’évêque de Rodez. En 1231, Raymond VII, comte de Toulouse et de Rouergue, réussit, après échange, à reprendre le contrôle de ce fief, qui allait alors devenir une bastide comtale. Villeneuve est la première bastide du Rouergue.. . .
ST GENIEZ D'OLT EN AVEYRONBeaux villages
Saint-Geniez d’Olt est une petite ville de 2000 habitants permanents dont la population quadruple en saison estivale. Sa situation privilégiée en bordure du Lot et à mi-chemin entre deux régions naturelles recherchées (les Causses au sud et le Plateau de l’Aubrac au nord) en fait un lieu de vie idéal dans un environnement préservé. L’autoroute A75 est à 15 mn, ramenant la côte méditerranéenne à moins deux heures de route. L’aéroport de Rodez est à moins d’1 heure. Le visiteur qui découvre Saint Geniez pour la première fois est frappé par la richesse architecturale de cette ville. L’homogénéité de son bâti se traduit par de grandes places, des églises et chapelles, des monuments classés, de nombreux hôtels particuliers, des vieux quartiers typiques ... Le Cloître Ce bâtiment, du XIV ème, abrite en partie les services administratifs et culturels, dont l'Hôtel de Ville. Vous pourrez y visiter la célèbre salle des Illustres, ornée de tableaux de personnalités qui ont marqué l’histoire de Saint-Geniez: l’Abbé Guillaume Raynal (philosophe du XVIIIè), l’Abbé Bonnaterre (étudia le comportement de l’enfant sauvage ), Pierre Thédenat (mathématicien), le Comte de Frayssinous... La Chapelle des Augustins, dite Eglise des Pénitents, renferme des reliquaires en bois doré, une pietà et surtout un très beau triptyque du XVI ème Siècle. La Chapelle des Pénitents Noirs possède un plafond peint sur bois daté de 1704 représentant les quatre évangélistes, des Ermites et diverses scènes bibliques. Ce bâtiment est le siège de l’Office de Tourisme. De son âge d’or (XVII et XVIII ème), Saint-Geniez a conservé trois hôtels particuliers: l’Hôtel de Ricard, l'Hôtel de Fajole et l’Hôtel du Grand Rivié (demeures privées). Ce dernier, classé Monument Historique, renferme un remarquable escalier intérieur à balustres de pierre. La statue des Marmots sur le Pont Vieux. La légende : Les. . .
MARCILLAC VALLON: VILLAGE ET VIGNOBLEBeaux villages
Capitale du Vallon qui porte son nom, Marcillac se blottit autour de sa belle église du XIV° siècle à l'imposant clocher octogonal de grès rouge, qui donne tant de caractère à l'architecture de la ville. A l'intérieur du boulevard commerçant, qui occupe l'emplacement des anciens remparts, la vieille ville (site classé) abonde de maisons anciennes, avec leurs encorbellements, sculptures, fenêtres à meneaux, portes de caves. A noter également, une ancienne tour de guêt. Le "Pont Rouge", vestige d'une voie-ferrée industrielle, témoigne de l'exploitation des mines de fer de Montdalazac au siècle dernier et du lien qu'il existait entre Marcillac et Decazeville. "Marcillac" est aussi le nom d'un vin A.O.C. issu d'un vignoble plus que millénaire. Le vigneron du monument au morts, les terrasses de vignes du côteau ou, plus encore, les superbes manoirs et maisons de vignes des vallées de Grand Combe et du Cruou nous le rappellent. Extrait du reportage sur Marcillac vallon diffusé par France2 le 4 janvier 2017 : Retrouvez ce reportage dans son intégralité ici : LE GOÛT DU TARN ET DE L'AVEYRON
CANTOBRE, NID D'AIGLE DANS LA VALLEE DE LA DOURBIEBeaux villages
Le village médiéval de Cantobre dans l'Aveyron est situé dans le Parc National des Grands Causses à 35 Kms au sud de Millau dans la vallée de la Dourbie. Bâti sur sa falaise, il fait parti des plus beaux villages de France. Cantobre, parfaitement restauré dans son ensemble, est perché sur un éperon rocheux qui domine de plus de 100 mètres les rivières de la Dourbie et du Trévézel. Il offre ainsi une vue magnifique sur les deux vallées. Cantobre est au confluent du Gard et de l’Hérault, aussi proche des Cévennes, que des Causses et du Larzac , sites naturels, sauvages et préservés. Une quinzaine d’habitants peuple le village, ainsi les différents commerces et services se trouvent à Nant (5km) Le Parc naturel régional des Grands Causses , créé en 1995, s’étend sur 97 communes, au nord-est de la région Midi-Pyrénées et au sud du département de l’Aveyron. D’une superficie de 327 070 ha, il est un des parcs les plus grands de France. Il regroupe 66 000 habitants. Le Parc naturel régional des Grands Causses par son authenticité et la générosité de sa nature, par ses paysages ouverts aux limites de l’imagination, par ses habitants avenants, vous donne l’irrésistible envie de tout découvrir. Des causses aux prairies du Lévezou , des Rougiers aux contreforts des Cévennes et de l’Aubrac , venez sentir battre le cœur du Parc naturel régional des Grands Causses. Le château de Cantobre était très ancien et apparaît dés 1050 où les frères Galtier prirent le nom de seigneurs de Cantobre. En 1213, c'est Arnaud de Roquefeuil qui reprit les droits sur Cantobre. Ce château s'élevait sur le gros rocher qui domine la Dourbie et le Trévézel. Son enceinte couvrait le rocher principal et d'autres tours étaient construites sur les autres rochers. Tout le village était donc dans l'enceinte intérieur du village. En 1569, il était une place forte huguenote. En 1676, il était le refuge de faux monnayeurs et fut rasé à la suite. . .
VILLEFRANCHE DE ROUERGUE: ERE DES BASTIDES MEDIEVALESBeaux villages
Bastide fondée en 1252 par Alphonse de Poitiers, frère du roi Saint-Louis (Louis IX) , Villefranche-de-Rouergue est situé au confluent de deux rivières, l'Alzou et l'Aveyron. Elle devient rapidement une importante place d'échanges commerciaux et le restera malgré le grand incendie de 1497 qui détruit une grande partie de la ville, et la grande épidémie de peste de 1628. Une bastide (de l'occitan bastida) est l'une des quelques 350 à 400 villes ou villages neufs fondés dans le sud-ouest de la France entre 1229 et 1373 et répondant à un certain nombre de caractéristiques. F. de Verneilh définit les bastides comme : « des villes neuves bâties tout d'un coup, en une seule fois, sous l'empire d'une seule volonté ». Les bastides sont l'expression d'une volonté médiévale d'aménagement du territoire. Histoire de la création de Villefranche de Rouergue Lorsque les capétiens prirent le pouvoir sur le comté de Toulouse par le mariage d'Alphonse de Poitiers avec l'héritière du comté Jeanne de Toulouse, fille du dernier comte Raymond VII, l'ancienne capitale administrative du Rouergue, Najac , siège de la sénéchaussée de Rouergue, fut jugée trop fidèle à l'ancienne dynastie raymondine. Alphonse de Poitiers décida de créer ex-nihilo une ville nouvelle à quelques kilomètres de là et d'y transferrer le siège de son administration, afin de casser les anciennes allégeances. Il fonda donc en 1252 Villefranche-de-Rouergue, et la dota d'exemptions fiscales pour assurer le succès de l'entreprise, d'où le nom de la ville. Ville nouvelle créée de toute pièce, elle fut dessinée sur un plan quadrillé ou en damier, selon les règles d'urbanisme de la Rome antique. Très caractéristique des bastides, ce plan est très régulier avec des rues se coupant à angles droits convergeant vers la place centrale bordées de couverts, lieu privilégié des activités commerçantes, aujourd'hui. . .
PEYRELEAU A LA CONFLUENCE DES VALLEES DU TARN ET DE LA JONTEBeaux villages
Petit village situé aux confins du Rouergue et du Gévaudan, Peyreleau, anciennement Petralevi, est construit autour d’un éperon rocheux, lui-même surmonté d’une tour (à l’emplacement de l’antique château aujourd’hui disparu), à la confluence des vallées du Tarn et de la Jonte , séparant la Lozère de l’Aveyron, dans un des lieux les plus touristiques des gorges et des causses. Entouré par les communes de Le Rozier, Saint-André-de-Vézines et Mostuéjouls, Peyreleau est situé à 15 km au Nord-Est de Millau la plus grande ville des environs. Situé à 440 mètres d'altitude, La rivière le tarn , la rivière la jonte , le Ruisseau des Arzioles sont les principaux cours d'eau qui traversent la commune de Peyreleau. Peyreleau est une commune du parc naturel régional des Grands Causses. C’est au terme d’un arrêté de Monsieur le Ministre Secrétaire d’état de l’éducation Nationale, inventaire des sites, en date à Paris du 14 février 1944, que la tour et l’ensemble du vieux village de Peyreleau ont été inscrits sur l’inventaire des sites dont la conservation présente un intérêt général. La chapelle octogonale et une partie des balustres et des arcades de la cour d’honneur du château du Triadou sont protégées au titre des monuments historiques (inscrits ISMH par décret du 12 mai 1944). LIEUX ET MONUMENTS Le château de Triadou Cette demeure fut construite à partir de 1470 et habitée dès juillet 1479 par Pierre II d'Albignac, seigneur de Triadou, et son épouse Flore de Capluc, fille de Guillaume de Capluc et sœur de Louis de Capluc par qui le jeune couple reçut en dotation la moitié des terres dont Peyreleau faisait partie. Le terrain choisi pour la construction du château était la propriété des moines du Rozier, de l'abbaye d'Aniane. Avant de s'installer à Peyreleau, c'est au château de Mostuéjouls que siégeaient les seigneurs d'Albignac. Malgré l'importance des travaux engagés, le Triadou restera. . .
LA VINZELLE, A LA CONFLUENCE DU LOT ET DU DOURDOUBeaux villages
Le hameau de La Vinzelle est situé dans l'Aveyron à la limite du département du Cantal, sur la rive droite du Lot, à la confluence du Dourdou. L'étymologie de son nom viendrait des deux mots latins "vinum" (vin) et "cella" (cave), ce qui indiquerait une très ancienne pratique viticole sur ces terres. La Vinzelle fut un bourg important au Moyen âge et était une étape sur la route de Saint-Jacques de Compostelle. Il avait pour co-seigneurs le prince de Monaco et le commandeur de Narbonne. Un château occupait l'emplacement actuel du clocher de l'église. Il disparut au XVIe siècle au cours des guerres de religion. La Vinzelle est aujourd'hui un hameau typique avec ses habitats traditionnels en toit de lauzes. Eglise de La Vinzelle Eglise bâtie au XVe siècle. Elle présente un portail à fronton du XVIe siècle avec des têtes sculptées. A l'intérieur, sont présents un reliquaire du XVe siècle et une croix processionnelle du XVIIIe siècle. Clocher de La Vinzelle. Ce clocher fut construit à la fin du XIXe siècle pour accueillir la cloche de 1250 kilos, offerte en 1870 par Jean Ouillades et baptisée par le Cardinal de Rodez. Ce paroissien de La Vinzelle fit ce don pour expier ses péchés. L'emplacement initial de la cloche était prévu dans l'église, mais elle faisait tellement de bruit qu'on décida de construire un clocher indépendant. Retrouvez d'autres photos sur le site : www.lavinzelle.fr
ESPALION EN VALLEE DU LOT AVEYRONBeaux villages
Espalion est une grande ville pour la région. Elle est située sur la voie romaine agrippa. La via agrippa était une voie romaine qui traversait l'Aubrac et reliait Lyon à Bordeaux. Espalion est également une étape sur le chemin de Saint-Jacques de Compostelle. Le pont vieux Monument le plus célèbre de la ville, fut classé monument historique en 1888, et au patrimoine mondial par l'Unesco en 1998. On situe sa construction vers le XIème siècle. Le seigneur du château de Calmont d’olt chargé de l’entretien du pont percevait sur cet édifice un droit de péage. Ce pont fut maintes fois remanié. C’est le lieu de passage des troupeaux de la transhumance. au XIXème siècle, ce monument devenu trop étroit pour la circulation et trop fragile, la ville entreprit de se doter d’un nouvel édifice : le pont neuf réalisé en 1840. Le vieux palais Edifice de style renaissance datant de 1572, il fut classé monument historique en 1912. Campé sur le roc magnus au confluent du lot et du ruisseau du médéric, sur l’emplacement d’une des tours protégeant la porte St-Joseph. Il fut tout d’abord la demeure des anciens gouverneurs de la ville, puis mairie, Palais de justice ou tribunal en l’an VIII. Admirer la tour en poivrière, la loggia sur le lot et les fenêtres à meneaux. L'église de Perse C’est un joyau d’art roman, bâtie en grès rose datant des XIème et XIIème siècles. Elle a été longtemps église paroissiale, puis la ville s’est déplacée vers l’ouest vers le pont. Ce prieuré fut abandonné dès 1472 (date de la construction de l’eglise St-Jean-Baptiste au cœur de la ville). Les rapprochements entre l’abbatiale de Conques et l’église de Perse font dirent aux historiens que la construction de la chapelle de Perse est postérieure à celle de Conques et que les maîtres d’œuvres se sont inspirés de l’abbatiale. . .
SENERGUES, DERNIERE ETAPE POUR LE PELERIN DE ST-JACQUES DE COMPOSTELLEBeaux villages
Situé sur un plateau granitique, Sénergues constitue la dernière étape pour le pèlerin de St-Jacques de Compostelle avant de descendre vers Conques . Cette commune est, de nos jours, le résultat de la fusion, en 1791, de trois paroisses : celle de Sénergues, celle de Notre Dame d'Aynès-Montarnal-Lagarde et celle de Saint Sulpice-Pomiès. La commune offre un cadre des plus agréables : la forêt départementale de la Borie apparaît comme un paradis pous les randonneurs et la vallée du lot réserve au voyageur la découverte de nombreux sites pittoresques. Sénergues possède cinq églises et chapelles ouvertes au public, neuf cloches (dont celle de Montarnal jugée comme la plus ancienne du Rouergue, voire du sud-ouest), quatre châteaux ou logis castraux (on remarquera que le château de Sénergues appartient depuis toujours à la même famille), la trace de dix-huit moulins. Voir aussi notre article : La Ferme des Autruches à Sénergues
 
Haut de page
Hôtel du Lion d'Or - 12140 Entraygues-sur-Truyère
Tel : 05 65 44 50 01 - Fax : 05 65 44 55 43
E-mail : hotel.lion.or@free.fr
Copyright © HOTEL-LION-OR.COM 2022